Le copropriétaire de la Microbrasserie Lion Bleu, Pierre Harvey, est à l’origine de l’idée derrière le nouveau concours amateur Bêtes de scène.

Le concours Bêtes de scène voit le jour au Collège d'Alma

La collaboration entre la Microbrasserie Lion Bleu et le Collège d’Alma a donné naissance au concours Bêtes de scène, qui vise à découvrir de nouveaux talents musicaux. Le point culminant de ce nouveau concours se déroulera les 10 et 11 avril, à 21 h, à la microbrasserie, lors d’un concert où les finalistes se produiront afin de déterminer un gagnant.

C’est le copropriétaire du Lion Bleu, Pierre Harvey, qui est à l’origine de l’idée.

« Une fois par mois, il invite les étudiants à se produire sur scène, souligne Marc Bonneau, enseignant au Département de musique au Collège d’Alma. On fait aussi un concert d’ensemble, chaque session, on donne une représentation au Collège et aussi au Lion Bleu. Il avait le goût de faire un événement spécial. On a décidé de s’impliquer, au niveau des Techniques professionnelles de musique et de chanson. »

Ainsi, une première ronde d’auditions, ouvertes à tous, se tiendra le 9 mars, à 19 h, au Collège d’Alma. Les cinq ou six candidats choisis pourront ensuite accéder aux finales, où ils présenteront des pièces dont les partitions auront été écrites par les étudiants du Collège. Ceux-ci seront évidemment responsables d’accompagner musicalement les participants une fois sur scène.

« Le vendredi, ils présentent trois pièces. On choisit trois personnes et ensuite ils reviennent le samedi, où ils présentent à nouveau leurs pièces en plus d’une autre », décrit Marc Bonneau. Les finales, qui se dérouleront à la Microbrasserie Lion Bleu, sont également ouvertes au public.

Les gagnants du concours se mériteront un prix de 500 $, en plus de se voir offrir une vitrine lors d’un événement du Festivalma. Ils auront également l’occasion d’assumer la première partie d’un spectacle diffusé au Lion Bleu à l’automne.

Cette première mouture suscite une réponse tellement positive que Marc Bonneau, enseignant au Département de musique, envisage déjà une seconde édition. « On va voir comment ça va se développer, mais on pense à l’année prochaine, peut-être accepter plus de candidatures, on va voir. »