Jacques Tremblay, Johanne de la Sablonnière et Pierre Lamontagne, du Choeur Amadeus, invitent les mélomanes à assister au concert que cette formation donnera aux côtés du Choeur de Québec, le 18 mai, en l’église Saint-Mathias d’Arvida.

Le Choeur Amadeus s’associe au Choeur de Québec

Une centaine de chanteurs provenant du Choeur Amadeus et du Choeur de Québec préparent un concert qui sera présenté le 18 mai, à 19 h 30, en l’église Saint-Mathias d’Arvida, puis le 20 mai, en l’église Saint-Charles-Garnier de Sillery, à Québec. Fruit d’une collaboration exceptionnelle, cet événement permettra de découvrir une oeuvre majeure du répertoire contemporain, une composition de l’Anglais Karl Jenkins intitulée L’homme armé, une messe pour la paix.

Le Choeur de Québec a livré un programme similaire en 2013, au Grand Théâtre. Or, celui qui en assume la direction artistique depuis sa fondation en 1968, Guy Bélanger, souhaitait célébrer le 50e de la formation en répétant cette expérience. Ça tombait bien, puisque le Choeur Amadeus se trouve aussi en mode anniversaire. C’est ainsi que les deux rendez-vous constitueront le point final des activités découlant de son 75e.

« M. Bélanger voulait un plus grand volume sonore, et lorsqu’il nous a contactés, nous avons affiché notre intérêt pour ce projet. Deux fois, nous nous sommes vus à l’Étape. Nous avons aussi tenu une pratique il y a quelques jours, au Conservatoire de musique de Saguenay, et j’ai été content de la manière dont ça s’est déroulé. Même s’il y avait du stock, l’apprentissage s’est fait vite », a raconté le directeur artistique du Choeur Amadeus, Pierre Lamontagne, lors d’une entrevue accordée au Progrès.

Comme en fait foi cette photographie, les concerts du Choeur Amadeus constituent des productions ambitieuses, un phénomène qui se manifestera une nouvelle fois le 18 mai, en l’église Saint-Mathias d’Arvida.

Lui qui a déjà abordé le répertoire de Jenkins dans le cadre du Rendez-vous musical de Laterrière, plus spécifiquement son Te Deum, trouve de bien belles qualités à L’homme armé, créé en 1999 afin de saluer la mémoire des victimes de la guerre du Kosovo. Le thème musical, tout comme le titre, provient d’une oeuvre du 15e siècle. Au fil des 13 mouvements, on retrouve également des pastiches de différents compositeurs, dont Palestrina.

« Ça commence en français, alors qu’on montre des gens qui se préparent à aller à la guerre, ce qui sera illustré par des images diffusées au cours du concert. À la fin, il y a un grand chant évoquant les destructions causées par le conflit. Les bâtiments détruits, les corps brisés. Ce sera couronné par un bombardement suivi par 30 secondes de silence », note Pierre Lamontagne.

« Il s’agit d’une oeuvre émouvante, très contrastée, puisqu’on passe par l’horreur avant de déboucher sur l’espoir. Ça nous a emballés de pouvoir travailler là-dessus », poursuit Johanne de la Sablonnière, membre du Choeur Amadeus et responsable des communications. Elle et ses camarades seront accompagnés par un orchestre, ce qui conférera plus de relief à une composition où filtrent, de manière subtile, les fréquentations passées de Jenkins avec le rock progressif.

C’est donc une formation plus imposante que d’habitude qui clôturera la saison 2017-2018 du Choeur Amadeus, un spectacle auquel il sera possible d’assister en retenant l’une des 700 places disponibles. 

Pendant la prévente, les billets sont offerts au coût de 25 $. 

On peut en trouver au Marché Métro du Faubourg Sagamie, de même qu’aux pharmacies Jean Coutu du Carré Davis et de la rue des Saguenéens, à Chicoutimi. À la porte, par ailleurs, le prix s’élèvera à 30 $.

Voici deux hommes heureux, Guy Bélanger et Pierre Lamontagne, directeurs artistiques du Choeur de Québec et du Choeur Amadeus. Ils ont uni leurs forces afin de présenter une oeuvre de Karl Jenkins, L’homme armé, une messe pour la paix.