Le projet d’une nouvelle salle de diffusion culturelle, LE CAVÔ, est développé par les partenaires Simon Cloutier, Max-Antoine Guérin et Jean-Michel Brassard.

LE CAVÔ ouvrira sur la rue Racine à la mi-janvier

À la mi-janvier, une nouvelle salle de diffusion culturelle devrait voir le jour sur la rue Racine à Chicoutimi sous le nom LE CAVÔ. Le lieu veut laisser une grande place à l’offre « underground », au cinéma, à la photographie, à l’humour, à la musique et même aux jeux vidéo.

Le projet est développé par les partenaires Max-Antoine Guérin, Simon Cloutier et Jean-Michel Brassard. La salle pourra accueillir une centaine de personnes dans un local en cours d’aménagement au 401-A rue Racine, au sous-sol de la bâtisse appartenant à l’organisme Eurêko. L’espace de diffusion, qui comportera un service de bar, comblera le vide laissé par la fermeture du Sous-Bois il y a quelques mois.

« La mission qu’on s’est fixée, c’est d’actualiser l’offre culturelle régionale et d’être un lieu de rassemblement festif pour la classe créative », explique Max-Antoine Guérin, qui gravite autour de plusieurs événements à Saguenay. Son travail dans les milieux de la publicité et du cinéma, ainsi que les demandes des organismes culturels pour pouvoir profiter de salles de diffusion intermédiaires, l’ont mené à élaborer ce projet.

« On veut faire des propositions audacieuses pour bonifier ce qui existe déjà », indique le président de la nouvelle entreprise saguenéenne.

LE CAVÔ pourra accueillir une centaine de personnes dans un local en cours d’aménagement au 401-A rue Racine, au sous-sol de la bâtisse appartenant à l’organisme Eurêko.

La programmation promet d’être « massive », avec plusieurs organisations qui souhaitent se lier au projet. REGARD, le festival international de courts-métrages à Saguenay, désire proposer des soirées Ciné-CAVÔ. Le festival de photojournalisme Zoom Photo souhaite mettre en place des séances de projection commentées. Jean-Michel Brassard, qui a déjà organisé des soirées d’humour bien appréciées à Montréal, est en train de plancher sur un concept similaire pour faire venir les humoristes de la relève à Chicoutimi. Des producteurs de spectacles musicaux seront également associés.

« On a aussi un volet autour des jeux vidéo, qui sera annoncé plus tard avec un partenaire majeur. La salle aura un penchant très fort pour les nouvelles technologies, le multimédia, etc. Les jeux vidéo sont souvent considérés comme le 11e art et c’est la première exportation de produits culturels québécois. On veut valoriser ces autres manifestations culturelles. La culture underground est aussi très vivante dans la région », affirme Max-Antoine Guérin.

Ce dernier souligne que toute une communauté s’est mobilisée pour faire grandir LE CAVÔ. Le président de l’entreprise croit qu’une belle synergie se développe autour du local, alors que la nouvelle Maison du développement durable est en train de s’installer au rez-de-chaussée et qu’Eurêko a ses bureaux au-dessus.

LE CAVÔ veut s’efforcer de réunir tous les ingrédients pour être un lieu festif. La salle pourra être louée pour des événements. La designer Marie-Frédérique Beaudry travaille pour rendre l’ambiance originale et un espace de photographie sera installé de façon permanente, pour permettre aux visiteurs d’immortaliser leur soirée par exemple.

La programmation sera annoncée plus en détails en janvier, précise Max-Antoine Guérin.