Henri Chassé et Guylaine Tremblay campent à nouveau les rôles de Michel Tremblay et de sa mère dans la pièce Enfant insignifiant ! . Elle sera présentée à Jonquière et à Alma, du 5 au 7 février.

Le cadeau d’actrice de Guylaine Tremblay

Le personnage de Nana est un cadeau d’actrice dont Guylaine Tremblay profite deux fois plutôt qu’une. Déjà heureuse d’avoir campé la mère de Michel Tremblay dans la pièce Encore une fois, si vous permettez, elle a la chance de renouer avec cette maîtresse dans Enfant insignifiant ! , une production de la Compagnie Jean-Duceppe.

Le succès fut au rendez-vous à Montréal et puisque les mêmes causes produisent les mêmes effets, la tournée génère des assistances aussi consistantes. C’est ce que démontreront les représentations données les 5 et 6 février, à 19 h 30, à la salle Pierrette-Gaudreault de Jonquière, et le 7 février, à 20 h, à la salle Michel-Côté d’Alma. Il reste des places, mais tant à La Rubrique qu’à Ville d’Alma Spectacles, on constate que l’effet Tremblay demeure puissant, surtout lorsqu’il est dédoublé.

Personnages

Cette fois encore, Guylaine Tremblay partage la scène avec Henri Chassé, l’alter ego du dramaturge. Ils ne sont pas seuls, cependant. D’autres personnages surgis du passé interpellent Michel Tremblay, qui vient de compléter l’écriture d’un texte. Il se trouve à sa résidence d’hiver de Key West, en Floride, lorsque son père, sa grand-mère, une amie d’enfance, une vendeuse et une religieuse, incarnés par Gwendoline Côté, Isabelle Drainville, Danielle Proulx et Sylvain Marcil, le ramènent au temps de l’école primaire.

« Tous les comédiens se trouvent sur la scène en même temps, mais chacun des personnages n’interagit qu’avec Michel, ce qui donne lieu à des moments touchants, révèle l’interprète. La pièce met Henri en évidence, mais Nana possède toujours une forte présence. Or, j’adore jouer cette femme à la fois colorée et attachante. Aux yeux des spectateurs, elle représente une mère, une tante ou une grand-mère. Ça revient souvent dans nos échanges avec le public. »

Le plus beau de l’affaire est qu’elle et Henri Chassé ont une part de responsabilité dans le retour de leur personnage. C’est après avoir vu Encore une fois, si vous permettez, en effet, que Michel Tremblay a eu le goût de prolonger cette expérience au pays de l’enfance. « Il a décidé de créer une pièce à partir du livre Conversations avec un enfant curieux. On était contents », raconte Guylaine Tremblay.

Elle et ses camarades évoluent dans un décor dont l’élément dominant est la mer, celle que le dramaturge observe lorsqu’il s’installe dans ses quartiers d’hiver. « Puisqu’on la voit du début à la fin du spectacle, il y a quelque chose de contemplatif dans la mise en scène de Michel Poirier. Elle est très belle, tout comme la musique de Christian Thomas », fait observer la comédienne.

Nonobstant la couleur floridienne, le public est plongé dans le Québec des années 50, un Québec si différent de celui d’aujourd’hui que les plus jeunes pourraient le trouver exotique. « Cette pièce, c’est comme un petit cours d’histoire, laisse entrevoir Guylaine Tremblay. On voit à quel point la religion a été importante. » Et qui sait ? Il semble que Michel Tremblay a aimé Enfant insignifiant ! , au même titre qu’Encore une fois, si vous permettez. Jamais deux sans trois ?

« Le théâtre, je viens de là. Ce sont mes premières amours, et rien ne remplace le contact avec le public. Alors, si Michel revient avec une autre pièce, c’est sûr que je suis partante », assure l’interprète de Nana.

+

POUR Y ALLER

La pièce sera présentée à la Maison de la culture de Gatineau les 22 et 23 février prochain, ainsi qu'au Centre des arts de Shenkman, le 5 avril.