Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Thom Yorke
Thom Yorke

Le Brexit prive les musiciens de libre circulation

Agence France-Presse
Article réservé aux abonnés
LONDRES — Conséquence du Brexit, les musiciens ne peuvent plus se déplacer librement entre le Royaume-Uni et l’Union européenne pour leurs tournées faute d’accord pour cela entre Londres et Bruxelles, provoquant des protestations d’artistes dont Thom Yorke ou Dua Lipa.

Downing Street a assuré lundi avoir fait des propositions à l’UE en vue d’arriver à «un accord ambitieux sur les déplacements temporaires des voyageurs d’affaires qui aurait couvert les musiciens».

«L’UE a refusé», a ajouté un porte-parole du Premier ministre Boris Johnson.

Il réagissait à des informations de The Independent, selon qui c’est Londres qui aurait refusé une proposition standard de l’UE accordant une exemption de visa de trois mois aux artistes et créateurs, citant une source européenne à Bruxelles.

Quoi qu’il en soit, la fin de la libre circulation entre le continent et le Royaume-Uni depuis le 1er janvier impose à présent à tous les musiciens d’obtenir des visas individuels avant de se déplacer dans tout pays de l’UE, entraînant aussi des coûts supplémentaires.

Une pétition auprès du gouvernement et du parlement pour réclamer une exemption de visas pour les professionnels de la musique et artistes a recueilli plus de 247 000 signatures et plusieurs artistes, dont Louis Tomlinson, du groupe One Direction, Thom Yorke, de Radiohead, ou Dua Lipa, ont appelé leurs admirateurs à la soutenir.

L’industrie musicale britannique est déjà ravagée par la pandémie de COVID-19 et les nouvelles restrictions ont repoussé sine die la perspective d’un retour dans les salles de concerts, des tournées et des festivals.