Langage Plus présente des oeuvres provenant de sa collection.

Langage Plus dévoile ses archives

Pour une rare fois depuis sa création, Langage Plus se dévoile et présente ses archives au grand public. Une partie des oeuvres de la collection du centre d’art actuel d’Alma est présentée au grand public jusqu’au 18 mars.

Cette exposition de groupe offre, en quelque sorte, une rétrospective artistique du centre fondé il y a 39 ans. La salle d’exposition accueille de nombreux projets, dont un datant de 1950. Plusieurs médiums et courants artistiques sont à l’honneur dans le contexte de cette thématique ludique, laquelle réunit quelques artistes originaires du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Deux oeuvres du Baieriverain Jean-Jules Soucy, l’artiste derrière le concept de la Pyramide des Ha! Ha!, sont exposées. On y retrouve, entre autres, une pièce qui met en vedette des contenants de lait en carton.

Marc Dulude est également représenté par le biais de Mise au jour, un projet élaboré au début de sa carrière.

Il s’agit d’une occasion presque unique de découvrir ces projets, puisque le centre d’art actuel de la rue Collard, à Alma, présente très rarement ses archives au public. «L’exposition permet de constater l’évolution des techniques de création depuis les débuts de Langage Plus en 1979. Le milieu de l’art et les pratiques ont changé», témoigne Mariane Tremblay, qui occupe un poste de coordination artistique et communications. 

L’exposition Mise au jour, qui présente les oeuvres de la collection Langage Plus, se termine le 18 mars. Deux autres expositions sont également présentées jusqu’au 25 mars. Le public peut découvrir Contrebalancer, de Nathalie Quagliotto, et Playa coloniale, de Martin Bureau et Luc Renaud.

Cette oeuvre de Jean-Jules Soucy peut être vue jusqu’au 18 mars, à Langage Plus.
Langage Plus présente ses archives.