Fières du travail abattu par le comité des concerts depuis dix ans, Jessy Dubé, Sylvie Brassard et Lise Gauthier annoncent que la prochaine saison comprendra six programmes différents, ce qui donnera lieu à huit concerts.

Lac-Kénogami: plus de concerts à Saint-Cyriac

Les travaux réalisés à la chapelle Saint-Cyriac ont donné des idées au comité responsable des concerts tenus en ce lieu. Puisque l’expérience vécue par le public a été améliorée, qu’on a remplacé les bancs par des chaises confortables et que les sièges du jubé ont été alignés de telle manière que tous offrent une vue directe sur la scène, pourquoi se limiter à quatre programmes et les présenter uniquement le dimanche après-midi?

Le fruit de cette réflexion a pris la forme d’un signet distribué depuis quelques jours. Il n’a jamais été aussi rempli puisque six événements y sont énumérés, chacun offrant un contenu différent. Autre changement, certains programmes seront proposés deux fois, notamment le premier de la saison, qui mettra à contribution la directrice artistique Laura Andriani. Elle fera résonner son violon le 7 septembre à 19h, puis le lendemain à 14h, au sein d’un ensemble à cordes comprenant dix musiciens. L’une des participantes sera sa consoeur Jessy Dubé, qui est aussi membre du comité de programmation. Elle et Laura Andriani interpréteront un concerto de Bach en tant que solistes, alors que sur d’autres titres, leur présence se fera plus discrète. Toutes les compositions exécutées par le groupe seront des concertos remontant au temps du baroque et dans chaque cas, les musiciens joueront sur des instruments d’époque.

«L’acoustique exceptionnelle de la chapelle sert bien ces instruments qui émettent des sons moins puissants. Le bâtiment devient un amplificateur», a expliqué Jessy Dubé il y a quelques jours, lors d’une entrevue accordée au Progrès. Elle ajoute que les concertos mettent la virtuosité en relief, tout en favorisant le dialogue entre les solistes et leurs camarades. Des vents se joindront aux cordes et l’artiste originaire de Lac-Kénogami anticipe une ambiance festive qui se communiquera à l’assistance.

Si on fait un saut dans le temps, on remarque que le cinquième programme de la saison sera également présenté deux fois, le samedi soir et le dimanche après-midi (les 1er et 2 février). Une fois encore, il mettra à contribution Laura Andriani, qui partagera la scène avec quatre musiciens, dont la violoncelliste Elinor Frey. «Tous sont des interprètes exceptionnels, des gens au sommet de leur art. Il rendront hommage à Boccherini, qui a fait la transition du baroque vers le classique», précise Jessy Dubé.

13 octobre

Le deuxième rendez-vous, en revanche, respectera la tradition implantée il y a dix ans. Il est prévu pour le 13 octobre à 14h, ce qui tombe un dimanche, et mettra en vedette la soprano France Bellemare. Accompagnée du pianiste Dominic Boulianne, le directeur artistique de la Société d’art lyrique du Royaume, la Jeannoise proposera une sélection d’airs d’opérette et de mélodies françaises.

Toujours un dimanche, la chapelle accueillera la clarinettiste Marie-Julie Chagnon et la pianiste Monique Robitaille. Elles se pointeront le 19 janvier et semble-t-il que le programme comportera une touche klezmer. «Nous leur avons donné carte blanche», indique Lise Gauthier, membre du comité de programmation. Le 20 décembre, par ailleurs, le quatuor vocal Quartom réveillera l’esprit des Fêtes grâce à ses interprétations a cappella. C’est pour se mouler à son agenda qu’on le recevra un vendredi.

Pour clore cette saison historique à plus d’un titre, la soprano Marie-Ève Munger fera ses débuts à la chapelle Saint-Cyriac . «Ça fait deux ans qu’on planifie cette visite. Elle aussi aura carte blanche», fait observer la présidente du comité des concerts, Sylvie Brassard.

Même si les rénovations ont permis d’ajouter quelques dizaines de places, elle réalise que cet événement tenu le 30 mai, à 19h, suscitera une demande supérieure à l’offre. C’est pourquoi il sera opportun de réserver tôt en téléphonant aux numéros 418-542-0186 ou 418-695-5220. On peut s’abonner pour quatre ou six concerts, à moins qu’on préfère acheter des billets à la pièce.

«On peut dire que nous avons mis le paquet, cette année. Il y a plusieurs nouveautés et à la fin de la saison, nous tracerons un bilan pour voir si ces expériences se poursuivront. Ce qui est clair, cependant, c’est que nous demeurerons présents le dimanche après-midi, une case horaire que nous avons été les premiers à exploiter», affirme Sylvie Brassard.