La soirée 100% Saguenay ouvre REGARD

La traditionnelle soirée 100 % Saguenay a lancé les festivités de la 23e édition de REGARD, mercredi soir, dans un Théâtre Banque Nationale rempli. Cette année, le programme est en compétition officielle. C’est donc dire qu’un jury composé de programmateurs de festivals du Japon, de la Belgique et de Moncton choisira le récipiendaire qui mettra la main sur une bourse de 1000 $ et plus de 15 000 $ en services créatifs à la bande Sonimage.

« C’est un prix qui peut faire une belle différence pour un cinéaste. On croit beaucoup en la soirée du mercredi. On veut que ce soit au même niveau que le reste de la programmation. Cette année, la catégorie est en compétition puisqu’elle est à un niveau équivalent au reste de la programmation du festival », assure Marie-Elaine Riou, directrice générale du festival. Une cinquantaine de films issus du Saguenay-Lac-Saint-Jean ont été proposés à l’équipe du festival. Huit ont été sélectionnés pour la soirée 100 % Saguenay. Un neuvième, un film de Jean-Marc E. Roy et Philippe David Gagné, sera quant à lui présenté dans un autre programme de compétition.

Sonia Boudreau

«L’aboutissement, c’est ce soir.» Sonia Boudreau était fébrile quelques minutes avant de présenter son film Cosmos sur le grand écran de REGARD. Elle présentait ainsi au public pour une première fois son tout premier court métrage d’animation, créé afin de relever un défi lancé par la bande Sonimage. «Il a fallu que j’apprenne le métier rapidement. C’est une belle fierté. »

Sonia Boudreau

Sonia Boudreau convient toutefois que sa participation à la soirée 100% Saguenay vient avec sa part de stress. «C’est l’fun, mais c’est aussi stressant de présenter son film devant les siens. Je ne veux pas décevoir. Je veux surtout faire un bon travail dont je suis fière. Ça fait un an que je travaille sur ce projet. »

***

Cosmos, court métrage d’animation de 3 minutes 30 secondes, transporte le public dans une odyssée poétique où il est passager clandestin. Les dessins de Sonia Boudreau se déploient au son de la musique atmosphérique du duo Stellaire.

«Je suis heureux que le film ait été sélectionné. C’est une opportunité pour tous ceux qui ont participé de le voir sur grand écran.»

***

Les sentiers battus raconte l’histoire de Maxime, jeune auteur citadin de retour chez ses parents pour le temps des Fêtes. Son père, Jacques, lui propose une randonnée de motoneige pour se rapprocher de son fils pour qui l’aventure prend plutôt des allures de supplice.

Le court métrage de 19 minutes met en scène Jean-Carl Boucher, Roger Léger, Martine Francke et la musique du Laterrois d’origine Dany Placard sur des paysages régionaux.

Martin Rodolphe Villeneuve

Martin Rodolphe Villeneuve, qui avait présenté Qu’en ce jour je meure en 2017, est de retour avec Éléonore. Même s’il s’agit de son sixième film projeté sur écran dans le cadre de REGARD, le cinéaste confirme que sa présence génère une part de stress.

«C’est certain qu’on a le trac. C’est immanquable. J’ai hâte de voir la réaction des gens. La directrice de la programmation m’a dit que c’est mon film le plus accompli et je suis assez d’accord. Être sélectionné, c’est une récompense en soi. REGARD est une plate-forme incroyable. C’est devenu un incontournable, une fierté pour la région.»

***

Éléonore, court métrage de fiction d’une durée de 30 minutes, met en scène une jeune femme et son grand-père. Il porte sur une douleur qui se cicatrise.

Chantale Boulianne

Chantale Boulianne est de retour à REGARD avec son deuxième court métrage d’animation. L’an dernier, elle s’était lancée pour une première fois en présentant son premier court métrage d’animation Sur la ligne de crête. Depuis, son film a voyagé jusqu’en France. Cette fois, elle admet qu’elle présente sa création avec une part de stress supplémentaire. «Pour un deuxième film, une certaine crainte qui n’était pas là pour le premier s’est installée. Il y a une peur de la comparaison, mais il faut se lancer.» Pour la cinéaste d’animation, REGARD a pris des airs de véritable tremplin. «C’est un magnifique festival dans notre cour. C’est vraiment intéressant de prendre part à l’événement. Pour moi, ç’a été un tremplin qui m’a donné envie de poursuivre. »

Chantale Boulianne

***

D’une durée de trois minutes, Cyclone 3000 met en scène un homme, secoué par une épreuve, qui est propulsé dans un monde parallèle où il visite l’immensément grand et l’infiniment petit.

Alexa Tremblay-Francoeur 

Alexa Tremblay-Francoeur présente pour une deuxième fois une de ses réalisations dans le cadre de REGARD. «Je suis très fébrile. J’ai travaillé un an et demi sur ce film. Enfin, ç’a abouti», affirme la cinéaste pour qui être au festival représente beaucoup. Elle ne pouvait rêver de meilleures conditions pour présenter Affannato pour une première fois. «C’est un projet où la musique est importante. Le présenter avec une bonne sonorisation sur un écran énorme, je ne pouvais pas demander mieux.» 

***

Dans Affannato, terme musical qui signifie angoisse, une violoniste étudie dans une école où les musiciens qui ont tous, sauf elle, la même apparence, sont dirigés par une immense main. Rapidement, les instruments se fondent avec les corps et confèrent au film de quatre minutes des allures de cauchemar au son de la musique de Guillaume Tremblay.

Gabriel Fortin 

Le cinéaste originaire d’Alma, Gabriel Fortin, était particulièrement fier de présenter son tout dernier court métrage, Soudure symphonique, dans le cadre de la soirée 100% Saguenay de REGARD. «Juste faire partie de la soirée, c’est une victoire en soi. Ça permet aussi aux gens qui y ont participé de venir voir le résultat sur grand écran.»

Dans Soudure symphonique, celui dont le travail consiste à confronter des réalités qui peuvent être contraires a voulu marier soudure industrielle et musique classique. «J’ai voulu en mettre plein la vue.» 

***

En quatre minutes, Soudure symphonique propose une vision poétique de la soudure. Dans un atelier, le personnage s’exécute au son de la musique de Tchaïkovsky. Les étincelles et les ombres dansent au son des notes, portés par les mouvements du soudeur qui se transforme en véritable chef d’orchestre. 

Anaë Bilodeau et Louis-Pierre Cossette 

Anaë Bilodeau et Louis-Pierre Cossette ont poussé un soupir de soulagement. Enfin, ils ont pu présenter au public À l’aube, le fruit de leur labeur des derniers mois. Pour le duo, il s’agit d’un troisième film présenté à REGARD. «C’est l’étape où on laisse aller», affirme Anaë Bilodeau. «Ça ne nous appartient plus. C’est un soulagement. REGARD nous a permis d’avoir une date de sortie. Sinon, on travaillerait certainement encore», ajoute Louis-Pierre Cossette. Le duo était impatient de voir son film sur grand écran. «C’est un super festival apprécié. On est contents que ce soit chez nous», affirment les cinéastes qui assistaient à la projection en compagnie de leurs collaborateurs, le dessinateur Jean Delisle et le musicien Charles Cotvin. 

***

 À l’aube présente le réveil de trois personnages très différents qui habitent une mégalopole à l’architecture dépareillée. Chacun à leur façon, ils prennent plaisir à suivre leur routine de réveil. 

Nicolas Lévesque 

Le cinéaste Nicolas Lévesque était plutôt fébrile. Le fait que le film qu’il s’apprêtait à présenter, Rich in Bollywood, l’ait complètement sorti de sa zone de confort n’y était certainement pas étranger. «J’ai l’habitue de proposer des films plus lents, contemplatifs. Cette fois, je me suis lancé dans autre chose. Le film a une part de ‘‘kitch’’, de ‘‘too much’’. Mais le résultat est cohérent. J’ai hâte de voir comment il va être reçu.» 

Le film a été tourné en Inde en novembre dernier. Le cinéaste s’y est rendu en compagnie du directeur photo Jean-Philippe Archibald. «Ç’a fait du bien d’explorer tout ce qu’offre le cinéma. On a utilisé les drones, on a mis de la musique, on a mis le paquet. On a eu du fun à le faire.» Au retour, il s’est rapidement mis au montage afin que tout soit prêt pour REGARD. 

***

Rich in Bollywood plonge dans le star-système bollywoodien. En 13 minutes, il permet de suivre dans son quotidien Richard Lovatt, un entraîneur privé originaire d’Angleterre qui travaille avec les plus grandes stars de Bollywood à Mumbai en Inde.