La salle Le Cavô est non conforme

Il faudra patienter encore un peu avant de profiter pleinement de la nouvelle salle de spectacle Le Cavô. Le projet de diffusion culturelle doit se conformer à plusieurs réglementations avant de pouvoir opérer sans restriction.

Le 31 janvier dernier, des inspecteurs du service de sécurité incendie de Saguenay ont visité Le Cavô dans la cadre d’une visite de routine. Sur place, des lacunes ont été constatées au niveau du matériel d’incendie. Selon Sylvain Bouchard, chef aux opérations à la division gestion et analyse des risques de Saguenay, le système d’alarme d’incendie n’était pas conforme. Celui-ci souligne la bonne collaboration des entrepreneurs. 

Les promoteurs du projet Le Cavô doivent réaliser les améliorations nécessaires au système d’alarme. En plus de ces travaux, le trio doit se soumettre à des mesures compensatoires afin d’être en mesure d’opérer. De plus, les responsables de l’établissement ne détenaient pas de permis d’occupation commerciale ni de permis de rénovation. L’information a été confirmée par le directeur des communications de Saguenay, Jeannot Allard.

Contacté par Le Quotidien, le président du Cavô, Max-Antoine Guérin, a confirmé faire face à quelques imprévus. Celui-ci assure avoir apporté 100 % des correctifs à la suite des rencontres des dernières semaines. « Nous sommes très sensibles à la sécurité des gens » ajoute-t-il. De son côté, le coordonnateur d’Eureko, Simon Gagné, n’a pas voulu commenter le dossier de la salle située au sous-sol de la bâtisse appartenant à l’organisme. 

Alors qu’une soirée de prélancement a eu lieu le 31 janvier, les propriétaires ont bien l’intention de faire une inauguration officielle lorsque tout sera réglé. D’ici là, les semaines à venir permettront de finaliser le projet de diffusion culturelle en plus d’obtenir les confirmations nécessaires. Max-Antoine Guérin assure que la programmation régulière n’est pas touchée par ce contretemps.