Les mises en scène élaborées dans le cadre de La Pyramide hantée devraient provoquer bien des frissons, ainsi que le démontre Sophie Bouchard sur cette photographie captée mardi, à La Baie.

La Pyramide encore plus hantée à La Baie

La quatrième édition de La Pyramide hantée sera la plus ambitieuse et, à maints égards, la plus anxiogène de toutes. De retour le 31 octobre à compter de 18 h, cette activité amènera des milliers de personnes à La Baie, où la Pyramide des Ha ! Ha ! revêtira les couleurs de l’Halloween. La thématique développée cette année sera celle des clowns, dont le traitement se moulera à l’âge des visiteurs.

Comme ce fut le cas en 2018, la zone située à l’intérieur de l’œuvre d’art imaginée par Jean-Jules Soucy, dans la foulée du déluge, épousera un caractère familial. Une vingtaine de personnages participeront à l’animation dans les six pièces aménagées à l’initiative de Diffusion Saguenay. « Ce sera un circuit que les gens pourront découvrir en une quinzaine de minutes. Chaque pièce sera différente », annonce Sophie Bouchard, directrice de la logistique et des événements à Diffusion Saguenay.

Elle affirme que les maquillages et les décors seront encore plus élaborés, plus évocateurs, un avis partagé par le conseiller municipal Martin Harvey, dont le district comprend le secteur Grande-Baie. « Ce que j’ai hâte de voir, c’est la réaction des gens. Il y en a qui deviennent moins braves en cours de route », a-t-il raconté mardi, au cours d’une entrevue accordée au Quotidien.

Lui-même avait l’habitude de décorer sa maison avec des choses pas mal folles, tellement que des visiteurs « se sauvaient en courant ». On devine donc que sa zone préférée sera la deuxième, celle réservée aux 16 ans et plus. Comme elle se déploiera sous un chapiteau voisin de la pyramide, plutôt qu’à l’intérieur de cette structure, les concepteurs ont pu ajouter plein d’éléments qui, promet-on, feront retrousser le poil des visiteurs.

« Nous avons aménagé un labyrinthe qui a des airs de vieux couvent inquiétant. Les personnages sont à couper le souffle. On est ailleurs. Même si les comédiens ont pour consigne de ne toucher à personne, même s’il n’y aura rien de dangereux, ce sera fait sur mesure pour les âmes dures. Il y aura de la fumée, des souffles, de la musique, des textures au plancher et pas beaucoup d’éclairage », indique Sophie Bouchard.

Martin Harvey et Sophie Bouchard ont hâte de voir comment réagiront les visiteurs, le 31 octobre, lorsqu’ils découvriront les deux zones aménagées dans le secteur de la Pyramide des Ha! Ha!, à l’occasion de la quatrième édition de La Pyramide hantée.

L’admission sera gratuite et si la tendance se maintient, on anticipe une forte assistance. Chaque année, en effet, la pyramide accueille plus de monde. Ils ont été 8000 à faire la file l’automne dernier, certains provenant du Lac-Saint-Jean pour célébrer l’Halloween dans un cadre inhabituel. L’activité est devenue si populaire que cette année, sa portée embrasse toute la ville de Saguenay, ainsi que l’illustrera la présence de la mairesse Josée Néron. Dûment costumée, elle distribuera des sacs de bonbons à l’entrée.

« Il faut signaler que même en cas de pluie, les gens qui feront la file seront à l’abri sous nos pergolas », note Martin Harvey. Il ajoute que La Pyramide hantée amorcera ses activités dans la foulée d’une autre manifestation tenue à Grande-Baie, celle qui se déroule au Dépanneur Kelly. Là aussi, on pourra évoluer dans un décor de circonstance avec, en prime, une pièce de théâtre qui sera jouée à 17 h 30 par des étudiants du Cégep de Jonquière inscrits en Art et technologie des médias.

Détail qui mérite d’être mentionné, les comédiens réunis à la pyramide sont, pour une bonne part, des bénévoles. Ils le font par plaisir, mais leur persistance impressionne Sophie Bouchard, puisqu’ils sont mobilisés bien avant l’arrivée des visiteurs. « Il faut être passionné pour passer cinq heures dans le froid, fait-elle remarquer. D’un autre côté, c’est tellement l’fun quand les premiers enfants arrivent et qu’ils disent que telle ou telle chose n’existait pas l’année d’avant. »