Les crèches de Rivière-Éternité qui étaient toujours à vendre ont été achetées par le musée régional de La Pulperie.

La Pulperie achète les crèches

L’histoire des crèches de Rivière-Éternité connaît un dénouement inespéré pour la corporation qui s’en est occupé pendant des années. La Pulperie de Chicoutimi a fait l’acquisition du reste de la collection, soit quelque 200 pièces qui étaient toujours conservées au sous-sol de l’église de la municipalité.

« À ma grande surprise, on a reçu un appel téléphonique des gens du musée qui sont ensuite venus nous rencontrer mercredi, raconte le président de la Corporation des crèches de Rivière-Éternité, Thierry Roncen. On s’est réunis en comité mercredi soir et la proposition a été acceptée unanimement. La vente a été conclue jeudi matin. Le musée de Chicoutimi a acquis toutes les crèches restantes. Elles vont demeurer dans la région », se réjouit-il. 

Thierry Roncen confirme que les membres de la corporation ont poussé tout un soupir de soulagement lorsqu’ils ont reçu la proposition. « Le comité a passé une semaine vraiment très difficile. On est extrêmement contents du dénouement. C’est un énorme soulagement. »

Argent distribué

L’argent reçu pour la vente sera redistribué aux organismes à but non lucratif de la municipalité. 

L’exposition de crèches de Rivière-Éternité a été mise sur pied en 1989. À l’époque, jusqu’à 15 000 visiteurs se rendaient dans la petite municipalité pour admirer les crèches chaque année. En 2016, à peine 400 personnes se sont déplacées. L’argent généré par leur présence ne suffisait même pas à payer les frais de location du sous-sol de l’église.

La fin définitive de l’exposition des crèches de Rivière-Éternité a été annoncée au début du mois de novembre par les bénévoles à bout de souffle. Les crèches étaient déjà en vente depuis un mois. Un acheteur s’est ensuite manifesté pour faire l’acquisition des 300 crèches restantes, puis s’était désisté. Les crèches ont donc été remises en vente la fin de semaine dernière. Une centaine avaient alors trouvé preneurs. 

« C’est pour ça que La Pulperie a réagi rapidement. Plusieurs crèches ont été vendues au cours des derniers jours », affirme Thierry Roncen.