Les six comédiens professionnels sont appuyés par une trentaine de comédiens bénévoles.

La pièce La Flotte digne de la Route des légendes

La municipalité de Sainte-Monique-de-Honfleur prend, deux fois par semaine, des allures du début du 20e siècle alors que la pièce de théâtre La Flotte y est présentée pendant une partie de l’été. L’effort déployé en est un de communauté puisque 30 comédiens bénévoles, âgés de 7 à 87 ans, se greffent aux six comédiens professionnels. L’humour est, une fois de plus, un excellent prétexte pour revisiter des morceaux de la mémoire collective.

Après avoir présenté Les Détrempés à l’été 2018, la localité participe, de nouveau, au circuit théâtral qu’est la Route des légendes de Jimmy Doucet. La Flotte, dont le texte est assuré par le nouveau metteur en scène de La Fabuleuse Histoire d’un Royaume, plonge les spectateurs au début des années 1900.

L’impression de faire une incursion dans une réunion de village se fait sentir dès le début alors que c’est le maire de la municipalité, Mario Desbiens, qui accueille les spectateurs. Ils étaient près de 150, mercredi soir, à assister à la représentation en plein air.

La pièce La Flotte est présentée au Centre communautaire de Sainte-Monique-de-Honfleur. Un immense bateau se retrouve sur la patinoire couverte.

La patinoire couverte de la municipalité accueille un bateau savamment utilisé par les comédiens. L’imposante structure leur permet d’explorer un jeu, par moments, plus physique. Les spectateurs prennent place à proximité, dans des estrades aménagées pour l’occasion. Cette création n’est en rien passive pour la foule, qui est appelée à se déplacer pour suivre l’intrigue. Les alentours de la patinoire et du Centre communautaire de Sainte-Monique-de-Honfleur servent la pièce. Seul bémol : la circulation automobile entre à l’occasion en conflit avec la compréhension des répliques. Soyez rassurés, ce léger désagrément ne dure que quelques instants.

Fidèle à lui-même, Jimmy Doucet ponctue ses textes de références à l’histoire régionale. La hausse du niveau de l’eau du lac Saint-Jean, qui a marqué la fin du village de Jeanne-d’Arc, maintenant le parc national de la Pointe-Taillon, est au coeur de cette histoire. La construction du barrage de Sainte-Monique, les inondations de l’époque et des personnages historiques, tels qu’Édouard Niquet et William Price, pavent le texte. L’un des personnages se vante d’ailleurs de son salaire alors que sa rémunération quotidienne est de, tenez-vous bien, 5 $. Le ton léger typique du théâtre estival cohabite très bien avec ces leçons d’histoire.

Les comédiens professionnels se partagent, entre autres, l’interprétation du maire, de la conseillère et du capitaine. Des rôles clés qui permettent d’assurer le rythme de la pièce ainsi que de plusieurs rires.

La Flotte nous transporte au début du 20e siècle, alors plusieurs villages du Lac-Saint-Jean ont été inondés lors de la Tragédie du lac Saint-Jean.

L’humour de Jimmy Doucet est facilement reconnaissable avec des personnages nommés Maladie, La Vedette, L’Effronté, L’Espiègle et Face de surprise. D’ailleurs, les jeunes Maladie et Face de surprise, interprétés par des citoyens, ont été à l’origine de nombreux esclaffements, mercredi.

Même si le rythme n’est parfois pas parfait et si quelques répliques sont mal entendues, cela n’a aucun impact sur l’appréciation des spectateurs. Ils sont plusieurs à y assister afin de découvrir les talents d’interprétation de leurs proches et de leurs amis. Pour la petite histoire, les comédiens bénévoles se partagent la dizaine de représentations prévue au calendrier. Leur statut ne les empêche pas de prendre au sérieux leur engagement alors qu’ils cumulent les répétitions depuis environ deux mois.

Encore une fois, Jimmy Doucet a relevé le défi d’amoindrir la différence entre le jeu des six comédiens professionnels et celui de la trentaine de comédiens d’un jour. Le plaisir est palpable chez les citoyens de Sainte-Monique-de-Honfleur qui ont accepté de se prêter au jeu.

La Flotte est présentée au Centre communautaire de Sainte-Monique-de-Honfleur, jusqu’au 16 août, le mercredi à 19 h et le vendredi à 15 h. L’équipe a même prévu le coup alors qu’une version adaptée est présentée en cas de pluie. L’admission se fait au coût de 15 $ pour les adultes et de 5 $ pour les enfants de 12 ans et moins.