Le projet La paroi Doudou sera présenté le 21 décembre, à 11 h, à Alma. La représentation sera suivie d’un goûter au cours duquel les spectateurs pourront discuter avec les créateurs.

La paroi Doudou: création collective immigrante

La coopérative de solidarité IQ L’Atelier sera derrière un nouveau projet de théâtre d’ombres, La paroi Doudou, qui sera présenté le 21 décembre, à 11 h, au 48, rue Saint-Joseph à Alma. La création est le fruit d’un travail collaboratif entre 12 personnes immigrantes issues de diverses cultures.

« C’est un collage des cultures de chacun », décrit Bianka Robitaille, directrice d’IQ L’Atelier. Elle explique que l’organisme travaille beaucoup avec Monde et Macadam, une organisation très proche des immigrants. Initialement, l’initiative devait rassembler cinq duos parent-enfant, mais puisque plusieurs membres des familles se sont montrés intéressés, le projet compte plutôt 12 créateurs.

Mme Robitaille explique que le théâtre d’ombres est une activité développée il y a une dizaine d’années par IQ L’Atelier, en collaboration avec l’artiste multidisciplinaire Pascal Bouchard.

« Pour ce projet, on voulait des personnes de tous les âges, puisque notre but était de créer un contenu unique entre parents et enfants, où tout le monde met du sien. »

Des personnes de tous les âges ont contribué à la pièce, contribuant ainsi à l’établissement de liens entre parents et enfants.

Le choix du solstice d’hiver pour présenter la pièce n’est pas anodin.

« Le solstice n’est pas quelque chose qui est souvent fêté, et la clientèle immigrante ne fête pas nécessairement Noël. On veut donc souligner le solstice plutôt que Noël », mentionne Mme Robitaille. Elle ajoute que La paroi Doudou, qui raconte l’ascension d’une alpiniste et les rencontres qu’elle fait sur son chemin, est un contenu entièrement original.

« À la base, c’est parti d’une légende belge (Le Doudou, ducasse rituelle des Mons), qui a été modifiée. »

Tous les créateurs y ont apporté leur grain de sel, développant plusieurs parallèles entre le récit et l’expérience migrante.

Ce nouveau projet de théâtre d’ombres est le fruit d’un travail collaboratif entre 12 personnes immigrantes issues de diverses cultures.

« [L’idée de l’ascension] est partie d’un participant, un européen, qui s’ennuie de faire de l’escalade. Puis, on y est allés avec un peu de chacun. »

Les participants au théâtre d’ombres ont entre 5 et 50 ans. Petits et grands sont invités à se rendre en pyjama à la représentation du 21 décembre, unique, qui sera suivie d’un goûter à partager entre créateurs et spectateurs. Le coût d’entrée est de 5 $.