Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Isabelle Gagnon, directrice générale de Diffusion Saguenay.
Isabelle Gagnon, directrice générale de Diffusion Saguenay.

La pandémie a créé une pénurie de main-d’oeuvre chez Diffusion Saguenay

Anne-Marie Gravel
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Diffusion Saguenay fait face à un défi de recrutement de main-d’oeuvre. Une trentaine de postes sont à pourvoir chez le plus gros diffuseur de spectacles de la région en raison de nombreux départs survenus depuis le début de la pandémie.

L’arrêt des activités annoncé en mars 2020 s’est traduit par environ 80 mises à pied temporaires chez Diffusion Saguenay. Évidemment, plusieurs de ces employés n’ont pu attendre la réouverture des salles et ont dû se trouver un nouvel emploi.

« Dans notre cas, cette situation de manque de main-d’oeuvre est causée par la pandémie. Plusieurs de nos employés ont perdu leur travail. On a redémarré les activités à la fin août, puis on a fermé à nouveau à la mi-octobre. Ces gens devaient faire manger leur famille. On a perdu des employés. Ils se sont trouvé autre chose. Et là, on rouvre avec trois salles», déplore Isabelle Gagnon, directrice générale de Diffusion Saguenay.

L’organisation qui compte près de 150 employés annuellement est à la recherche de personnel pour plusieurs types de postes.

«On a perdu une partie de nos gens sur le terrain. On a perdu nos concierges, quelques techniciens de scène, beaucoup d’étudiants qui étaient aux bars, à l’accueil et au vestiaire», énumère Isabelle Gagnon.

Les techniciens se faisaient déjà rares il y a un an. Aujourd’hui, la pénurie s’est accentuée.

« Il y a un an, notre plus grand enjeu touchait les postes de techniciens de scène. Ils ont besoin de travailler souvent à deux, trois ou quatre endroits pour réussir à avoir un salaire qui se tient puisque les spectacles, ce n’est pas régulier. C’était donc déjà un enjeu pour nous avant la pandémie, mais avec l’arrêt des spectacles, plusieurs se sont réorientés», affirme celle qui estime que le regroupement des techniciens de la région au sein d’une même organisation qui veillerait à répartir les ressources dans les différents événements et spectacles pourrait être une solution pour pallier la pénurie.

Isabelle Gagnon, directrice générale de Diffusion Saguenay.

L’équipe de Diffusion Saguenay compte actuellement entre cinq et 10 techniciens. Une vingtaine serait nécessaire pour la période estivale. «En prévision de l’été, on veut allonger la liste de personnes sur appel. On a besoin de plus du double de techniciens.»

Quant aux concierges, les deux que comptait l’équipe de Diffusion Saguenay travaillent maintenant ailleurs.

«Des concierges, j’en avais deux. Là, je rouvre avec trois salles, donc une de plus, et je n’en ai aucun. La demande est énorme pour ce type de travail. Il y a une explosion des besoins en ce moment.»

Isabelle Gagnon assure que les membres de l’équipe aiment travailler chez Diffusion Saguenay, mais ils doivent être disponibles les soirs et les fins de semaine en plus de composer avec des horaires en dent de scie. « On a eu 17 représentations en deux semaines notamment avec Québec Issime au Théâtre Palace Arvida. Là, c’est tranquille pour deux semaines. Ensuite, ça repart. C’est un horaire qui est inégal», illustre-t-elle.

À l’employeur de se vendre

La directrice générale de Diffusion Saguenay confirme qu’elle a amorcé une réflexion il y a un mois afin de trouver les moyens de recruter du personnel.

«Aujourd’hui, c’est l’employeur qui doit se vendre. On doit mettre de l’avant l’expérience qu’on offre aux employés. Si on veut garder les employés, il faut leur faire vivre une belle expérience. Pour moi, actuellement, les ressources humaines, c’est la priorité, assure celle qui vient d’afficher un poste de conseiller aux ressources humaines, une première pour l’organisation. On souhaite recruter quelqu’un qui va nous aider en cette période de pénurie de main-d’oeuvre. En plus des 130 à 150 employés dans une année, on compte aussi 140 bénévoles de La Fabuleuse. Les ressources humaines font partie de nos valeurs de base.»

De la trentaine de postes actuellement disponibles, au moins trois sont des emplois à temps plein avec permanence. Un poste en marketing numérique devrait notamment être ouvert sous peu.

Diffusion Saguenay a lancé une campagne de recrutement dans laquelle l’organisation insiste sur l’importance des gens gravitant autour des artistes. On y souligne que pour un seul artiste sur scène, c’est plus d’une trentaine de personnes qui auront travaillé avant et après la tombée du rideau.