Marie-Lise Pilote se présente à titre d’auteure pour une première fois dans sa région natale. Elle rencontrera les lecteurs au Delta Saguenay vendredi, de 13h à 14h, samedi de 11h à midi et dimanche de 10h à 11h.

La nouvelle facette de Marie-Lise Pilote

Humoriste, animatrice, conférencière, entrepreneure. Marie-Lise Pilote a porté plusieurs chapeaux au cours de sa carrière. Pour une première fois, c’est à titre d’auteure qu’elle se présente dans sa région natale dans le cadre du Salon du livre. Pour l’Almatoise d’origine, c’est la concrétisation d’un rêve d’enfance qui la remplit de fierté.

« Jeune, je voulais être auteure. On me disait que j’étais bonne dans le jeu, mais pas dans l’écriture. Je n’avais pas confiance en moi pour écrire. C’est la concrétisation d’un rêve d’enfance. Ce livre, c’est une forme de thérapie en quelque sorte », confie l’auteure.

Marie-Lise Pilote est mue par un besoin de créer et de communiquer qui a pris diverses formes au fil du temps, mais qui toujours demeure. Cette fois, ce besoin viscéral a pris la forme d’un recueil de textes autobiographiques.

Tout bas ou à voix haute est divisé en sept chapitres aux thèmes variés. L’auteure y traite des inspirations qui l’animent, de ses expériences de vie, des femmes, de sa réalité de belle-mère, de l’humour au féminin, des ombres qui la suivent, de voyages, et de plusieurs autres sujets encore.

Marie-Lise Pilote a elle-même fait les photos qui ponctuent les écrits. Une version CD sur laquelle elle fait la narration est aussi offerte.

« Je voulais que ça me ressemble. C’est un accomplissement bien personnel. Je suis fière de moi. Il fallait que je mette mes craintes de me dévoiler de côté. C’est très libérateur. Je me suis dévoilée beaucoup. C’est d’ailleurs ce que m’ont dit Dany Turcotte et Émile Gaudreault (Ses comparses du Groupe sanguin) après avoir lu le livre. »

Si son livre est souvent placé dans les rayons humour des librairies, Marie-Lise Pilote estime qu’il n’en est rien. « Je le vois plutôt comme une biographie, ou même un livre de croissance personnelle. Des fois, j’aurais le goût d’écrire sous un pseudonyme », laisse-t-elle tomber.

Maintenant que son livre est publié, elle a retrouvé sa confiance. « J’aimerais écrire encore. J’ai beaucoup aimé l’expérience. Mais je pense écrire quelque chose de différent. »

Son sourire en dit beaucoup. Elle a déjà des idées en chantier. « J’ai commencé à noter des idées », confirme celle qui souligne avoir de l’intérêt pour diverses activités.

Le 16 octobre prochain, elle donnera d’ailleurs une conférence sur les métiers non traditionnels à la salle Michel-Côté d’Alma.

La prochaine année risque aussi d’être fort occupée pour la femme d’affaires. Pilote et filles célébrera son dixième anniversaire. « Un gros événement s’en vient », promet celle qui ne compte pas remonter sur une scène pour faire de l’humour à court terme. « Pour l’instant, j’ai beaucoup d’autres intérêts. Je continue de créer, mais différemment », assure celle qui s’adonne notamment aux arts plastiques.

En attendant, elle se réjouit de voir de plus en plus de femmes dans le monde de l’humour. « À l’époque, j’étais toute seule. C’est l’fun de voir la relève. J’aimerais dire aux jeunes filles de ne rien tenir pour acquis. C’est encore non traditionnel comme métier. C’est bien d’être la saveur du mois, mais il faut garder sa place aussi. Je veux aussi leur dire qu’elles doivent être solidaires entre elles. Je crois que c’est ce qu’elles ont le plus à apprendre des hommes. »