La nouvelle facette de Jean-François Baril

Jean-François Baril n’est pas le genre de personne à ne rien faire. Après une année difficile où il a perdu à la fois son micro et son animation de la Guerre des clans, il s’est retroussé les manches. Il a écrit un livre et a créé un jeu de société qui se retrouvent tous les deux sur les tablettes cet automne. Il ajoute ainsi de nouvelles cordes à son arc qui, espère-t-il, lui ouvriront de nouvelles portes. Parce que comme il l’affirme dans son livre, chaque rencontre, chaque événement en influence un autre. C’est l’effet domino.

Samedi matin, Jean-François Baril a lui-même livré des exemplaires de son livre à la librairie Marie-Laura de la rue Saint-Dominique à Jonquière. 

«C’est la première fois qu’un auteur nous apporte son livre lui-même», a affirmé en souriant Maximilien Bouchard, propriétaire de la librairie. 

Quand Jean-François Baril entreprend quelque chose, il s’implique activement. 

Cette fois, c’est Influences que celui qui s’est fait connaître comme humoriste, puis comme animateur, est venu présenter à Saguenay. Le livre, son premier, est tout chaud. Il est sur les tablettes depuis le 26 septembre. 

C’est donc ici que Jean-François Baril vit cette fin de semaine son premier salon du livre à titre d’auteur. 

«C’est spécial et touchant. Quand quelqu’un achète mon livre, il y investit son temps et son argent», affirme-t-il.  

Jean-François Baril confirme que sa présence au salon du livre en a surpris certains. «Les gens sont surpris de me voir et de voir le propos du livre. Ils s’attendent à ce que je raconte des blagues. Mais je suis aussi quelqu’un qui a des choses plus profondes à dire. J’aimerais ajouter un peu de profondeur au personnage que les gens connaissent.»

Dans son livre, il dévoile une nouvelle facette de sa personnalité.  

Influences propose de courtes histoires biographiques et anecdotiques inspirées de la réalité dans lesquelles on découvre à quel point les rencontres, les événements, influencent notre vie. Des histoires d’Alex Perron et Josée Boudreault sont aussi racontées dans les pages ainsi que sur un disque inclus dans le livre. 

Le projet est apparu à un moment pour Jean-François Baril. 

«En juin 2017, j’ai appris que je ne revenais pas à la barre de la Guerre des clans. Je n’avais plus de micro non plus. Si tard dans l’année, les équipes sont déjà faites. Je savais que je ne reviendrais pas cette année-là. » 

Après quelques semaines de repos, il s’est mis à l’écriture d’une série télé, mais les choses n’allaient pas comme il l’aurait espéré. Puis, il a reçu un appel de la maison d’édition ADA. «L’éditeur me proposait d’écrire un livre. Je ne voulais pas d’une biographie. Je lui ai parlé de mon idée de mini histoires. J’ai proposé d’en écrire une première. On verrait ensuite. Je ne savais pas si je pouvais écrire un livre.» 

C’est maintenant chose faite, et jusqu’à maintenant, il est heureux de la réception du public. 

«À date, le livre touche les gens. Je suis content. J’ai connu de beaux succès dans ma carrière. Un des secrets, c’est que je m’implique dans ce que je fais. Là, je veux un best-seller!»

Projets

Parlant investissement, Jean-François Baril s’est aussi lancé dans la conception d’un jeu de société qui se retrouvera en magasin d’ici quelques semaines. 

«J’adore jouer», souligne simplement celui qui a créé Connexion. «Le but c’est de former des duos. En équipe, on doit réussir à se connecter en répondant à des questions qui permettent de voir si on se connaît vraiment. Les questions sont propices aux anecdotes. Ça rit», assure-t-il.  

Déjà, Jean-François Baril sait qu’il y aura un deuxième livre. Un deuxième jeu sera aussi créé. Mais la télévision et la radio lui manquent. 

«Ce que j’aime le plus faire, c’est divertir les gens à la télévision et la radio. Des fois, c’est nécessaire d’être sur la tablette un moment. Il faut laisser la poussière retomber. Je sens que de nouveaux projets s’en viennent.»

S’arrêter a aussi permis à celui qui a été à la barre de la Guerre des clans huit ans et qui a été morning man à la radio pendant 12 ans de réaliser qu’il travaillait trop. « Je ne ferais plus deux quotidiennes en même temps.»

Il aimerait animer une émission, un jeu télévisé ou encore faire quelque chose de différent.

«J’ai l’impression que le livre dévoile une nouvelle facette de ma personnalité qui pourrait m’amener ailleurs.»