Jean-Cimon Tellier du groupe Gazoline, Éric Harvey, Claudine Bourdages, Martin Girard du groupe Mordicus, Fred Poulin et Guillaume Tremblay du Gros Groupe ont participé, mardi, à la conférence de presse consacrée à la programmation de La Noce. Ce nouvel événement, qui se veut récurrent, sera présenté le 8 juillet, à Chicoutimi.

La Noce: un festival d'une journée

Les organisateurs parlent de La Noce comme d'un festival venu du champ gauche, dans le sens d'alternatif. Et ils misent sur la présence d'artistes comme Klô Pelgag et Philippe Brach, ainsi que les Goules, Mordicus, les Hôtesses d'Hilaire, VioleTT Pi, Gazoline et le Gros Groupe, le 8 juillet, pour faire de la zone portuaire de Chicoutimi le théâtre d'une grande messe qui embrassera plusieurs formes d'art, pas uniquement la musique.
L'idée a d'abord germé chez Ambiances Ambiguës, une boîte à laquelle plusieurs de ces artistes sont associés. Dirigée par deux anciens du Séminaire de Chicoutimi, le président Éric Harvey et le vice-président Fred Poulin, elle rêvait de créer un événement différent, susceptible de rejoindre plusieurs milliers d'amateurs qui ne se reconnaissent pas dans l'offre actuelle, surtout à la belle saison.
« L'automne dernier, nous avons décidé de nous lancer dans ce projet un peu fou et nous avons contacté Diffusion Saguenay, qui a rapidement accordé son soutien. Nous avons également noué un partenariat avec la zone portuaire, où les activités se dérouleront sur la grande scène et ailleurs sur le site », a raconté Éric Harvey mardi, lors d'une rencontre de presse tenue au Théâtre Banque Nationale de Chicoutimi.
Les premiers musiciens se pointeront à 14 h 30 et, même si chacun disposera d'une fenêtre limitée à 50 minutes, il est clair que le public va veiller tard. Or, il ne sera pas confiné devant la scène, puisqu'à tous les changements d'effectifs, on l'invitera à se déplacer dans la zone rose, voisine de la fontaine aux bélugas. C'est là que se matérialisera l'autre volet de La Noce.
« Des gens vont faire de la création à cet endroit. Ce secteur aura un caractère familial », précise Éric Harvey. Le Gros Groupe, une formation enracinée dans la région, profitera de l'occasion pour présenter ses compositions qui tirent sur le jazz, tandis que les adeptes de différentes formes d'expression, notamment la sculpture et la performance, travailleront sous le nez des visiteurs.
« Pour nous, il s'agit d'une association naturelle, puisque nous avons à coeur le développement de la chanson francophone. Ce projet se situe au coeur de nos valeurs et nous souhaitons qu'il devienne récurrent. Ce sera une fête, une belle noce », fait observer Claudine Bourdages, directrice de la programmation et du marketing à Diffusion Saguenay.
Quant à Philippe Brach, à qui on a confié la présidence d'honneur de l'événement, il s'est exprimé par l'entremise d'un vidéo tourné au Pakistan. « Je suis déjà en train de faire du développement à l'international », a confié le chanteur dans ce document très drôle où on voit, entre autres, un citoyen de Rawalpindi critiquer la garde-robe de Mordicus.
Ça promet pour le 8 juillet.
Un menu éclectique à saveur régionale
Tout a commencé par la recherche d'un lieu de diffusion. Les gens des Ambiances Ambiguës savaient que pour accommoder les amateurs de musique alternative dans le contexte d'un festival, ils auraient besoin d'espace, beaucoup d'espace. « Nous voulions présenter des spectacles au Saguenay, créer quelque chose qui nous ressemble, mais les salles n'étaient pas assez grosses », mentionne le vice-président de cette boîte, Fred Poulin.
La collaboration de la Zone portuaire de Chicoutimi a permis de réaliser cette ambition, comme le confirme la mise en vente des premiers passeports, une démarche amorcée mardi. Les 500 premiers sont offerts au coût de 15 $ l'unité, autant dire une chanson (ensuite, il faudra débourser 20 $, puis 25 $ à la porte). Si les attentes du comité organisateur se concrétisent, cependant, il y aura beaucoup plus de monde sur le site.
« Je ne veux pas donner un chiffre précis, mais nous espérons que les gens seront nombreux à assister à cet événement. Nous travaillons fort pour produire le meilleur spectacle possible », énonce Fred Poulin. La programmation qui sera proposée sur la grande scène est déjà ficelée, en effet, et offre un menu à la fois riche et contrasté. Du rock classique, du lourd, du punk, de l'humour et du déjanté : il y en aura pour les carnivores, autant que pour les végétaliens.
Quant aux artistes qui animeront la zone rose, leur identité sera dévoilée sous peu et tout laisse croire que l'offre se révélera encore plus éclectique. On parle d'artisans, de performeurs, de musiciens et de plein d'autres spécialités. « Le peintre Julien Boily va nous présenter des gens en arts visuels », souligne notamment Fred Poulin.
Ce qui est clair, aussi, c'est que l'ancrage régional dont témoigne la participation de Philippe Brach, ainsi que des groupes Gazoline et Mordicus, demeurera bien présent dans cette zone où, d'ailleurs, le Gros Groupe se fera entendre à intervalles réguliers.