Le chanteur David Thibault était de passage à Alma mardi pour rencontrer les finissants en musique.

La musique, le «vrai» travail de David Thibault

Même si David Thibault a amassé plus de 13 millions de vues en interprétant une chanson d’Elvis Presley, même s’il a été invité par la célèbre animatrice Ellen DeGeneres à la télévision américaine, même s’il a été le protégé de Mika à l’émission The Voice en France en 2015, le jeune Québécois doit toujours se battre pour rester lui-même dans le milieu musical.

Ce message livré aux étudiants en musique du Collège d’Alma, rencontrés mardi dernier, à l’occasion de leur spectacle de fin d’année, recelait quelque chose de réconfortant. L’échange était inspirant, de part et d’autre. L’interprète de 21 ans, adepte de rockabilly, a partagé la scène en soirée avec des musiciens de son âge et a pu voir ce qui les animait. En retour, les finissants ont pu réaliser que le succès n’est pas la seule chose qui importe.

« J’avais 17 ans lors de mon expérience à The Voice. Ça m’a permis de découvrir ma vraie voix, ça m’a ‘‘desElvisé’’. J’ai signé avec Universal, et on a commencé à enregistrer alors que l’émission n’était même pas terminée. Ça m’a mis beaucoup de pression. J’aurais aimé que l’album me ressemble plus », a confié celui qui aime interpréter à sa sauce les chansons des années 50. Le directeur musical Robert Lavoie et ses musiciens travaillent avec lui depuis déjà un moment. 

Comme les étudiants almatois, David Thibault se fait parfois demander s’il va un jour « travailler pour vrai ». « Cet hiver, c’était plus difficile, car je ne n’avais pas de contrat. Je fais une mini-tournée en août en France et j’ai hâte. La musique, c’est un vrai travail. Il faut pratiquer avec les musiciens, s’occuper de sa carrière... Il y a toujours quelque chose à faire pour s’améliorer. »

De beaux projets s’en viennent pour lui, autant en France qu’au Québec, mais il doit garder le secret. « Il faut aussi faire des sacrifices. Hier, par exemple, j’avais les cheveux blonds. Ça, c’est tout un sacrifice ! », rigole-t-il.