Les équipes de la LIEJ s’affrontent tous les mardis, durant la saison régulière, à la salle polyvalente du Cégep de Jonquière.

La LIEJ fête son 25e anniversaire

Il faudrait plus qu’un simple article pour raconter la riche histoire de l’improvisation au Cégep de Jonquière. La Ligue d’improvisation étudiante de Jonquière (LIEJ), qui célèbre sa 25e année d’existence, a donné une première chance de se faire valoir à bon nombre de personnalités connues du monde de la culture et des médias.

Vendredi dernier, les anciens joueurs de la LIEJ sont venus affronter les actuels représentants de la ligue au Cégep de Jonquière, pour souligner ce 25e anniversaire. David Tardif, Jessy Sheehy, Mathieu Dufour, Camille Michaud et René-Antoine Nadeau ont « donné une leçon » amicale d’improvisation aux joueurs actuels de la LIEJ.

Mais le vrai début de l’histoire remonte à l’invention de cet art de la scène, à la fin des années 70. Sous l’impulsion de la Ligue nationale d’improvisation (LNI), une première ligue d’improvisation a vu le jour à Jonquière. Le regretté humoriste Dominic Lévesque, qui était professeur de théâtre, et Pierre-Paul Legendre supervisaient les activités.

En entrevue avec Le Quotidien, la conseillère à la vie étudiante du Cégep de Jonquière, Jennifer Tremblay, a dressé l’historique des ligues d’improvisation dans l’établissement de la rue Saint-Hubert.

L’idée derrière les célébrations initiées par le collège de Jonquière était de souligner le travail de ceux qui ont démarré la LIEJ, dans les années 90. L’actrice Josée Gagnon, que l’on connaît aussi comme la fondatrice des Clowns thérapeutiques, et le comédien Daniel Malenfant ont redonné un deuxième souffle à cet autre sport national des Québécois qui emprunte à l’esthétique du hockey et qui a fait des petits partout autour du monde.

La Ligue d’improvisation étudiante de Jonquière (LIEJ) a célébré son 25e anniversaire avec un match contre les anciens joueurs de la ligue.

Les meilleurs

« Tous les cégeps de la région ont leurs équipes et leurs joueurs, mais on aime bien penser qu’on se trouve parmi les meilleurs », lance Jennifer Tremblay, avec une fierté qui se devine, même au bout du fil.

Avec des règlements minimaux, propices à l’expression de la créativité et de la spontanéité, les ligues d’improvisation collégiales ont donné une première tribune à bien des artistes.

« Dans les années 80, on pouvait voir les membres du Groupe Sanguin faire de l’improvisation », raconte Mme Tremblay. On attribue d’ailleurs la création du logo de la LIEJ à l’humoriste et animateur Laurent Paquin.

ATM

Depuis que l’improvisation existe, les étudiants en Art et technologie des médias se sont approprié ce terrain. « Année après année, on remarque que c’est le programme qui a le plus de représentants », raconte Jennifer Tremblay.

Chaque cohorte de la ligue met en scène 16 joueurs différents, soit huit vétérans et huit recrues qui sont repêchés au début de la saison, dans un camp de sélection. Les équipes de la LIEJ s’affrontent tous les mardis, lors de la saison régulière, à la salle polyvalente du Cégep de Jonquière. Les équipes participent à de nombreux tournois pendant les sessions scolaires.