La soirée avait lieu dans le gymnase de l’école Kassinu Mamu, à Mashteuiatsh, où le public a eu droit à un concert de l’Orchestre symphonique de Montréal.

La légende de Tshakapesh selon l’OSM

Mashteuiatsh est tombé sous le charme de l’orchestre symphonique de Montréal, qui a présenté un spectacle à l’école secondaire Kassinu Mamu, mardi soir. Avec une narration en innue par Florent Vollant, 45 musiciens accompagnés de deux ténors chantant des airs d’opéra en langue crie, ont raconté la légende de Tshakapesh, sous la direction du maestro Kent Nagano.

L’instant d’une soirée, les 240 spectateurs présents dans le gymnase de l’école Kassinu Mamu ont eu droit à un concert de l’orchestre symphonique de … Mashteuiatsh, a blagué l’auteur-compositeur-interprète Stanley Vollant, avant d’entamer la narration du conte de Tshakapesh.

D’après un conte de l’auteur cri Tombson Highway, cette histoire raconte l’histoire d’un homme menteur qui préfère chercher de l’huile d’esturgeon pour apaiser la calvitie de sa grand-mère, plutôt que d’aller sauver son peuple, se faisant massacrer par les Européens, à la demande de son dieu Mantoo. Pour le punir, ce dernier fait en sorte qu’il soit avalé par un béluga du nord. « Seul le rire peut les sauver, car rire c’est aussi aimer », lui dira Mantoo. En se servant de la baleine pour le transporter vers le champ de bataille, Chaakapesh finira par séduire ses opposants avec le rire pour ramener la paix.

« Cette œuvre a été pensée en collaboration avec le public que l’on va visiter », a expliqué le chef d’orchestre Kent Nagano, en soulignant le travail de collaboration faite avec Tomson Highway. Par exemple, le maestro a lancé la soirée avec des pièces de la 6e symphonie de Beethoven, une œuvre inspirée de la nature si importante pour les communautés visitées pendant la tournée de l’OSM dans le nord du Québec. « La force de la nature est tellement plus grande que nous. Ici, dans la grande nature, ça ramène le moment des romantiques, quand ils ont écrit la musique, avec la question de l’individu dans la nature », a-t-il commenté.

La soirée avait lieu dans le gymnase de l’école Kassinu Mamu, à Mashteuiatsh, où le public a eu droit à un concert de l’Orchestre symphonique de Montréal.

Signe de la sensibilité culturelle de chaque lieu où l’œuvre est présentée, Kent Nagano avait invité Kassy Blacksmith, un musicien de Mashteuitash, à venir chanter une chanson, en l’intégrant au conte de Tshakapesh.

Dans le cadre de cette tournée, les deux chanteurs d’opéra ont même dû apprendre à chanter en cri de l’ouest. Pour bien suivre l’histoire, qui était narrée en Innue, une traduction simultanée était aussi présentée sur un écran.

« La musique n’a pas de frontières normales. Ça dépasse les cultures », avait affirmé Kent Nagano avant le spectacle. Et l’OSM a prouvé qu’il avait raison.