Alexandra Pageau, Tina Shan Dufour, Rose Boulianne, Samuel Martel, Jerome Boivin ont exposé leur travail jeudi au Lobe

La crème du travail étudiant exposé au Lobe

Le centre d’artiste Le Lobe présentait jeudi la crème du travail des étudiants de deuxième année en arts visuels du Cégep de Chicoutimi, dans une exposition collective éphémère intitulée Pentagone.

Le Lobe organise cette exposition pour la troisième année, à la fin de la session d’automne. Les 15 étudiants du cours de Création en art actuel, donné par la professeure Cindy Dumais, ont eu à soumettre un dossier complet au Lobe. C’est un jury de professionnel qui a choisi les œuvres présentées jeudi.

Justine Valtier, la directrice générale par intérim du Lobe, a participé au jury qui a sélectionné les oeuvres exposées.

Selon la directrice générale par intérim du Lobe, Justine Valtier, l’idée est de donner une opportunité aux étudiants collégiaux. Même ceux qui n’auront pas été choisis en ressortent grandis.

« C’est une première expérience pour eux, mais ç’a été une expérience professionnelle, je crois », dit-elle.

Ce projet permet aux étudiants de travailler en dehors des cours, avec plus de liberté, en poussant une même idée le plus loin possible. Rencontrés quelques heures avant le début du vernissage, les cinq étudiants étaient fébriles de montrer une première œuvre devant le milieu des arts de Saguenay. Samuel Martel voit dans cette exposition la possibilité de pouvoir discuter d’art avec des connaisseurs. « Ce qui est intéressant, c’est d’avoir un avis extérieur. On en a beaucoup discuté entre nous et avec les professeurs », estime-t-il.

Sa collègue Rose Boulianne abondait dans le même sens. « On est souvent en famille quand on fait nos expositions, avec les gens du département. Maintenant, on est mis à nu devant des gens qu’on ne connaît pas et il faut qu’on assume notre œuvre ».

Éclatement de Tina Shan Dufour.

Démarche

Le résultat est éclectique. Si Jérôme Boivin propose une œuvre très politisée (Pétrolière) où le chef de l’état-major des États-Unis est coiffé d’une auréole de puits de pétrole, Tina Shan Dufour y est allée de manière plus abstraite, rappelant la vitre cassée (Éclatement). Des morceaux de verre sur le sol s’illuminent quand on les piétine. La création de cette installation a été un défi technique, selon elle.

Samuel Martel illustre de son côté le trop-plein dans une démarche plus formelle. Dans son œuvre, Vos misères, il juxtapose des serviettes dégoulinantes à la représentation d’un homme qui vomit.

Pétrolière  de Jérôme Boivin

Rose Boulianne aborde le thème du maquillage dans son œuvre. Dans une critique des standards de beauté, elle met côte à côte une enseigne demandant En as-tu assez ? et une photo d’un modèle féminin retouchée.

Alexandra Pageau, elle, y est allée d’une performance dans une approche plus narrative. Elle a dessiné des gens de dos et a trouvé une manière de s’identifier à ses sujets, mettant les autres en réaction avec elle sans qu’ils ne le sachent.

Samuel Martel, Vos misères

Malheureusement, lorsque vous lirez cet article, il sera déjà trop tard pour aller voir cette exposition, le démontage commençant vendredi matin. La direction du Lobe entend remédier à cette situation dans les prochaines années. « Ça dépend de notre programmation et du Cégep, mais on aimerait avoir un espace d’une semaine pour voir véritablement les œuvres l’année prochaine », indique Justine Valtier.

Alexandra Pageau, Observatoire