Depuis la création de La maison coupée en deux en 2014, le maire de Saint-Fulgence, Gilbert Simard, a développé des atomes crochus avec l'homme de théâtre Jimmy Doucet (les deux se trouvent sur la première rangée). Il a même accepté la présidence de La caravane en panne, un spectacle qui sera présenté le 30 septembre, dans son patelin. Il s'agira de la dernière sortie de l'année pour cette production itinérante.

La caravane en panne, prise deux: même succès

À force de côtoyer Jimmy Doucet, le maire de Saint-Fulgence, Gilbert Simard, a attrapé la piqûre du théâtre. Non, le premier magistrat ne joue pas dans les productions du Jeannois, mais depuis l'an passé, il assume la présidence de l'organisation en charge de La Caravane en Panne, qui a pris un nouveau visage cet été.
Ce sont les contacts générés par un autre spectacle, La maison coupée en deux, qui ont mené à cet engagement. Exploitée depuis 2014, la maison patrimoniale transformée en décor suscite la curiosité dans la région, mais aussi ailleurs au Québec. Encore cette année, le bilan fut positif malgré le mauvais temps, si bien que les comédiens, dont le quart sont des bénévoles provenant du village, reprendront du service en 2018.
Gilbert Simard a tout de suite embarqué dans ce projet fou. « Il n'y a pas juste dans les grands centres qu'on peut innover », énonce-t-il. N'empêche que l'homme a été surpris, le jour où Jimmy Doucet lui a proposé la présidence d'un autre de ses bébés, il y a un an. « Ce n'est pas une chose à laquelle je pensais, mais il a insisté », explique le premier magistrat.
C'est donc l'individu, autant que le maire, qui a piloté les démarches menées auprès de commanditaires potentiels. L'une d'elles a conduit la MRC du Fjord-du-Saguenay à verser une aide de 5000 $ en 2016. Il manquait toutefois une grosse pièce au casse-tête : un nouveau véhicule tenant lieu de théâtre ambulant.
Toujours l'été passé, Jimmy Doucet et Gilbert Simard sont allés rencontrer André Bouchard, le patron du Géant motorisé, à cette fin. Ils lui ont demandé une caravane, rien de moins, et l'homme d'affaires de Saint-Ambroise n'a pas tourné autour du pot. « « Je suis un brasseux et je vous connais. Vous aussi, vous êtes des brasseux », nous a-t-il répondu. C'est un monsieur très ouvert », affirme le maire.
Aujourd'hui encore, il n'en revient pas de la générosité d'André Bouchard. Celui-ci a confié au duo un véhicule de 26 pieds d'une valeur de 22 000 $, lequel a été adapté à sa nouvelle vocation cet été. Son baptême du feu a eu lieu en août, à la faveur d'une série de représentations données à La Doré. « Le début a été retardé par les travaux destinés à donner un air bohémien à la caravane, mais là, on est partis », se réjouit le premier magistrat.
Comme la saison écourtée n'a pas permis de visiter les 15 municipalités qui souhaitaient accueillir La caravane en panne, des discussions ont lieu présentement afin de les intégrer au calendrier 2018. « Nous irons au Lac-Saint-Jean et aussi dans le Bas-Saguenay. On s'en va régional. On fera vivre la culture avec ce spectacle original », anticipe Gilbert Simard.
En attendant, il a hâte à la représentation donnée le 30 septembre à 13 h, dans le cadre des Journées de la culture. Il s'agira de la dernière sortie de l'année et elle aura lieu dans son patelin, plus précisément dans la cour de l'école Mont Valin. « C'est gratuit et tout le monde est invité », souligne l'élu fulgençois.