Klô Pelgag
Klô Pelgag

Klô Pelgag dévoile le troisième extrait de son futur album

Yves Bergeras
Yves Bergeras
Le Droit
La chanteuse Klô Pelgag, qui a repoussé au 26 juin la sortie de l’album Notre-Dame-des-Sept-Douleurs, a dévoilé mardi Umami, troisième pièce tirée de ce futur disque.

Le nouvel extrait se fait écho à un célèbre roman d’Ernest Hemingway.

«J’ai écrit Umami peu après avoir relu Le vieil homme et la mer d’Ernest Hemingway. Il me semblait être ce vieil homme qui partait au centre de lui-même, pour je ne sais combien de temps. Je voulais revenir avec des réponses. Je savais que la vie avait le potentiel d’être plus grande que ce qu’on nous propose d’elle», explique Klô Pelgag, qui a mis en ligne ici une vidéo de l’extrait.

La chanson fait suite aux deux premiers extraits parus: Rémora et J’aurai les cheveux longs.

Si Notre-Dame-des-Sept-Douleurs est un village qui existe bel et bien, c’est aussi un endroit qui hante l’esprit de Klô Pelgag depuis longtemps. 

«Lorsque j’étais enfant, nous croisions la pancarte du village lors de nos trajets entre Sainte-Anne-des-Monts et Rivière-Ouelle. Ce nom me terrifiait. J’imaginais un village mourant aux maisons suppliantes, aux rues désertes et aux chaises grinçantes berçant encore le souvenir des déserteurs», a expliqué la chanteuse.

Alors qu'elle vivait une période de «surmenage», elle dit s'être «retrouvée exactement à cet endroit». «Au centre de toutes mes angoisses, à ne plus savoir qui j’étais, à encaisser les coups et à me détester plus que quiconque. J’habitais désormais cet îlot que j’avais moi-même construit, imaginé. »

Klô Pelgag

En août 2019, elle est retournée visiter le village: «J’ai pris le traversier et je suis arrivée dans un lieu idyllique. Un village [...] dont l’âme n’a pas été pervertie ni dénaturée par l’humain. Le village que je m’étais imaginé enfant, je l’ai traversé lentement et je souhaite ne jamais y retourner. Maintenant, j’irai dans le vrai Notre-Dame-des-Sept-Douleurs, celui où je mange du poisson qui sent le fleuve et dont la couleur me mystifie. »

Un documentaire autour de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs a d’ailleurs été confectionné. On peut le visionner ici.

Klô Pelgag a fait paraître les albums L’alchimie des monstres en 2013 et L’étoile thoracique en 2016 ; ce dernier a ét lauréat de quatre Félix au gala de l’ADISQ de 2017 et mis en nomination aux prix Junos et Polaris. En 2018, Klô Pelgag était sacrée Artiste féminine de l’année au gala de l’ADISQ.