Ces temps-ci, les amateurs de musique country ont plus de chance de voir Karo Laurendeau dans une résidence pour personnes âgées que sur une scène, à moins de visionner des reprises de l’émission Aller-Retour Country.
Ces temps-ci, les amateurs de musique country ont plus de chance de voir Karo Laurendeau dans une résidence pour personnes âgées que sur une scène, à moins de visionner des reprises de l’émission Aller-Retour Country.

Karo Laurendeau au front comme préposée aux bénéficiaires

« Je suis au front », lance Karo Laurendeau d’un ton enjoué, au début de l’entrevue.

Profitant de la pause du midi pour donner de ses nouvelles, la chanteuse country précise qu’elle vient de commencer à travailler comme préposée aux bénéficiaires. Il s’agissait de sa deuxième journée dans une résidence de Jonquière, la Pension Sainte-Famille, opérée par un organisme sans but lucratif.

Cette décision peut sembler étonnante. Or, elle ramène l’artiste dans un environnement familier, puisqu’à l’âge de 20 ans, elle a assumé une fonction similaire en Estrie. C’est seulement quand les conflits d’horaires se sont multipliés que Karo Laurendeau a dû privilégier sa carrière musicale. Il n’était pas rare, à cette époque, de la voir sur scène aux côtés de son père.

« C’est mon premier métier, préposée aux bénéficiaires. C’est pour cette raison que je me suis inscrite rapidement sur le site Je contribue, sauf que ç’a été long avant qu’on me contacte. J’ai attendu deux mois, mais compte tenu du contexte, je comprends », fait observer la Saguenéenne d’adoption.

Sa formation a duré une semaine, puis est venu le baptême du feu, lundi dernier. Elle se compte chanceuse de servir dans un établissement aux dimensions raisonnables, où le climat de travail et les rapports avec les bénéficiaires témoignent du désir de mettre l’humain à l’avant-plan.

« Dans le contexte de la COVID-19, ce retour n’est pas évident. On dirait que chaque jour, il y a de nouvelles normes, mais la résidence est super et j’avais le goût de venir aider, mentionne la chanteuse. Le contact avec les personnes, je suis à l’aise avec ça. Je suis contente de me sentir utile. »

En filigrane, en effet, elle laisse entendre que cette démarche lui fera autant de bien qu’aux aînés qui bénéficient de ses services. Habituée de jongler avec plusieurs projets simultanément, lesquels mobilisent autant l’entrepreneure que l’artiste, Karo Laurendeau a été prise de court lorsque la pandémie les a brutalement effacés de l’écran radar.

Plus de spectacles ni de sessions d’enregistrement en studio. Report du tournage de l’émission Aller-Retour Country. Seule a survécu sa collaboration avec la station de radio CKAJ, où elle anime l’émission Destination New Country les jeudis et les vendredis, de 18h à 21h, ainsi que les samedis, de 9h à 12h.

« On me dit : “T’es généreuse de travailler dans une résidence”. Moi, j’ai réalisé qu’après six ou sept mois sans donner de spectacles, il allait me manquer de quoi dans la vie. C’est pour ça qu’après avoir obtenu l’accord des membres de ma famille, j’ai donné mon nom. J’avais besoin d’un projet », énonce Karo Laurendeau.

Elle entend oeuvrer à temps partiel, ce qui lui laissera du temps pour préparer la reprise de ses activités musicales. « La pause est dure pour le milieu, note la chanteuse. C’est insécurisant, mais je continue à planifier et qui sait ? Moi et mon conjoint, on vient d’emménager à Lac-Kénogami. Comme le lieu est inspirant! Peut-être que cet été, on pourra y faire de quoi. »

+

TROIS MISES EN NOMINATIONS AU GALA COUNTRY

Même en ces temps troubles, la vie continue. Ainsi a-t-on dévoilé, plus tôt cette semaine, les noms des artistes en nomination dans le cadre du Gala Country. La huitième édition aura lieu en septembre et, comme on s’en doute, il s’agira d’une version sans public, en mode virtuel. Or, parmi les artistes à surveiller, il y a Karo Laurendeau, en lice dans trois des 13 catégories.

Elle compte parmi les finalistes dans la catégorie Émission de radio de l’année grâce à Destination New Country, diffusée à CKAJ. La compétition est relevée, cependant. La Saguenéenne mentionne la présence de Benoit Bélanger, animateur de Radio Show.

Si elle l’emporte, il s’agira d’un doublé dans cette catégorie, puisqu’un premier Willie – c’est le nom du trophée – lui avait été remis l’an passé. Cette édition avait été exceptionnelle pour la chanteuse saguenéenne. Elle était repartie avec trois autres statuettes, soit celles de la chanson et du disque de l’année, de même que celle de l’interprète féminine.

Pour revenir à l’édition 2020, Karo Laurendeau est finaliste dans la catégorie Émission de télévision de l’année pour Aller-Retour Country, à l’affiche sur MAtv. « Je me doutais que je serais mise en nomination. C’est le cas depuis le début de la série, il y a quatre ans », signale-t-elle. La Jeannoise Guylaine Tanguay est également en lice avec Tout simplement country.

De grosses pointures

La plus grande surprise, pour la Saguenéenne, est de voir son nom aux côtés de ceux de Cindy Bédard, Laurence Jalbert, Véronique Labbé et Léa Jarry dans la catégorie Interprète féminine de l’année. Là aussi, elle aura l’occasion de réaliser un doublé, mais la partie n’est pas gagnée, face à ces grosses pointures.

C’est pourquoi Karo Laurendeau invite les personnes qui apprécient son travail à participer au vote populaire, histoire de mettre toutes les chances de son côté. Elles peuvent exprimer leurs préférences jusqu’au 31 août en se rendant à l’adresse culturecountry.com. Leurs voix représenteront 40 % de la note attribuée aux candidats.

« Les gens ont le droit de participer une fois par jour, mais déjà, je me compte chanceuse d’être mise en nomination. Avant l’année dernière, je n’avais jamais gagné de trophée. C’est donc une nouvelle vague d’amour que m’envoie ce gala. Je trouve qu’il fait honneur à notre musique en soulignant le travail d’artistes qui, souvent, ne sont pas associés à une grosse boîte », énonce la chanteuse.

Un deuxième album

Ces bonnes nouvelles chassent un peu les nuages qui bouchent le ciel depuis la mi-mars. Outre les spectacles, dont on ignore à quel moment ils reprendront, la crise sanitaire a entraîné le report des enregistrements d’Aller-Retour Country. On parle de l’automne, au lieu du début de juin.

Par contre, le travail sur le deuxième album progresse rondement. Une fois de plus, Fred St-Gelais procédera au mastering, tandis que la réalisation sera signée Rob Langlois. « Il est écrit aux trois quarts et devait être lancé au Festival de Saint-Tite, rapporte Karo Laurendeau. On va remettre ça au printemps, ce qui nous donnera plus de temps pour planifier le spectacle. Nous ajouterons une version acoustique. »