Jean-Marc Parent est monté sur les planches du Théâtre du Palais municipal de La Baie jeudi soir.

Jean-Marc Parent toujours aussi pertinent

On pourrait s’attendre à ce que Jean-Marc Parent s’essouffle avec le temps, mais il n’en est rien, comme l’a encore prouvé l’humoriste jeudi soir, au Théâtre du Palais municipal de La Baie. Il y présentait pour la première fois dans la région son tout nouveau spectacle, Utopie, devant une salle comble.

De retour à Saguenay après quelques années d’absence, le conteur hors pair était attendu par un public de 1800 personnes conquises d’avance, à en croire les applaudissements à tout rompre qui se sont fait entendre dès qu’il a mis les pieds sur scène, à 20 h tapant.

Avec ses 30 ans de carrière derrière la cravate, Jean-Marc Parent a démontré une fois de plus pourquoi il est considéré comme un incontournable de l’humour québécois. Une fois parti, impossible d’arrêter celui qui incarne comme nul autre le mot « verbomoteur ».

Avec son 11e spectacle solo, Parent démontre encore cette vivacité d’esprit et cette endurance qui ont fait sa renommée. Le spectacle de JMP de jeudi, c’est minimum deux heures et demie sans interruption d’anecdotes comme lui seul sait les livrer. À peine s’est-il arrêté quelques instants à mi-chemin du spectacle pour prendre un peu d’eau et laisser souffler son public captivé par ses histoires à éclater de rire.

Enjeux de société


Après avoir vendu 300 000 billets lors de sa dernière tournée, avec le spectacle Torture, l’humoriste aborde cette fois, durant la première heure d’Utopie, des sujets comme l’environnement, les voitures électriques et le transport en commun. Des enjeux dont les standards semblent impossibles à atteindre, du moins, selon l’humoriste de 56 ans.

Il lance d’ailleurs un avertissement aux gens de Saguenay à propos de l’implantation prochaine du bac brun, ici comme chez lui, à Saint-Jean-sur-Richelieu.

Son anecdote à propos des milliers de vers blancs qui tapissaient le bac de son amie a fait éclater de rire la salle du Théâtre municipal.

En parlant d’environnement, il a bien tenté de trouver des jeunes à l’avant de la salle, mais s’est buté à des jeunes de 35 et de 40 ans. « Vous mettez quoi dans l’eau, ici ? Tout le monde est trop beau », a-t-il lancé à une salle hilare.

Supplémentaire

Bref, ce nouveau spectacle aborde un univers utopique avant de basculer dans la deuxième heure vers des anecdotes de sa vie en Floride ou encore de ses amis aux péripéties toutes aussi incroyables les unes que les autres.

Ceux qui n’ont pas pu assister à la représentation de jeudi auront l’occasion de se reprendre l’année prochaine puisqu’une supplémentaire à Saguenay a déjà été annoncée pour le 26 novembre 2019, toujours au Théâtre de Palais municipal de La Baie.