Carrière de Jean-Marc E. Roy a été tourné dans une carrière de granite. Dans le court métrage, le bruit des machines et des ouvriers se transforment en symphonie industrielle.

Jean-Marc E. Roy en lice aux Écrans canadiens 2017

Le film Carrière de Jean-Marc E. Roy est en nomination aux prix Écrans canadiens 2017 qui récompensent l'excellence des productions au cinéma, à la télévision et dans les médias numériques.
Le cinéaste Jean-Marc E. Roy devrait assister au gala des prix Écrans canadiens pour une deuxième année de suite en mars puisque son court métrage Carrière est finaliste dans la catégorie Meilleur court métrage documentaire.
Le court métrage de cinq minutes tourné à Saguenay est en lice dans la catégorie Best Short Documentary | Meilleur court métrage documentaire. Pour le cinéaste, il s'agit d'une seconde nomination en autant d'années.
Jean-Marc E Roy a eu droit à toute une surprise mardi matin. Le cinéaste a appris en parcourant la liste des finalistes que son court métrage Carrière (Stone Makers) a été retenu par l'Académie canadienne du cinéma et de la télévision.
«C'est extrêmement flatteur, surtout que je ne m'y attendais pas du tout. Je ne savais même pas que mon film avait été présélectionné. J'ai appris la nomination en même temps que tout le monde.
C'est vraiment bien, d'autant plus que le court métrage documentaire ne dispose pas de la même vitrine que le court métrage de fiction», affirme Jean-Marc E. Roy au cours d'un entretien téléphonique. «Les Écrans canadiens, c'est le pendant canadien anglais des prix Gémeaux et du Gala du cinéma québécois fusionnés, puisqu'ils récompensent le milieu du cinéma et de la télévision», illustre celui dont le film se mesurera aux courts métrages Tshiuetin, This River, The Road To Webequie et Frame 394.
Carrière, d'une durée de cinq minutes, met en scène le travail au coeur d'une carrière de granite où le bruit des machines et des ouvriers se transforment en symphonie industrielle. «La bande sonore a été créée à partir du son pris sur place. Au montage, on a créé un décalage entre les sons captés et les sons de ce qu'on voit à l'écran. C'était le défi. Plus le film avance, plus ça devient cacophonique.»
Carrière a été réalisé dans le cadre du Projet 5 courts, une initiative de l'ONF en collaboration avec La Bande Sonimage de Saguenay. Lors de la soirée régionale du Festival REGARD l'an dernier, cinq cinéastes de la région ont été invités à créer un court métrage documentaire de cinq minutes chacun, tourné avec une caméra Bolex numérique monochrome. «C'est une caméra numérique qui imite le 16mm de l'époque et qui tourne uniquement en noir et blanc», explique Jean-Marc E. Roy.
Le cinéaste a travaillé avec Vincent Biron à la direction photo et Stéphane Lafleur au montage.
«Comme on disposait d'un peu d'argent, ça m'a permis de m'entourer d'une bonne équipe», souligne-t-il.
Déjà, le film a été sélectionné pour être présenté à Vancouver, Montréal et en Russie. «Le film est encore en début de carrière. On va voir comment cette nomination peut avoir un effet pour la suite des choses.»
Jean-Marc E. Roy n'en est pas à sa première nomination aux prix Écrans canadiens.
L'an passé, son complice Philippe-David Gagné et lui avaient vu leur film Bleu Tonnerre nommé dans la catégorie Meilleur court métrage dramatique.
Jean-Marc E. Roy avait assisté au gala tenu à Toronto. Il compte en faire autant cette fois-ci. La remise des prix s'échelonne sur quatre soirées de gala. Le Gala honorant l'excellence des productions autres qu'en fiction aura lieu le 7 mars.