Arthur Bonneau et Roger Tremblay se joignent au président de la Fabrique Saint-François-Xavier, Marc-André Bédard, pour inviter la population à assister au concert qui aura lieu le 16 décembre, à la cathédrale de Chicoutimi.

Jean-François Lapointe de retour à la cathédrale

Le 16 décembre à 20 h, Marc-André Bédard présentera son 10e concert à la cathédrale de Chicoutimi. Sensibles à l’appui manifesté par la population dans le cadre de ce rendez-vous aux airs de tradition, lui et ses collaborateurs souligneront l’anniversaire en offrant un programme d’une qualité exceptionnelle.

« On en a mis un peu plus que d’habitude par reconnaissance pour la fidélité des gens. Nous avons toujours attiré au moins 1000 personnes », a fait remarquer l’ancien député provincial de Chicoutimi, jeudi, à la faveur d’une entrevue accordée au Progrès. Preuve que ces paroles sont appuyées par des gestes, c’est nul autre que le baryton Jean-François Lapointe, originaire de la région, qui sera la tête d’affiche de l’édition 2017.

Ce choix n’est pas anodin. Cet interprète mène une carrière internationale qui a peu d’équivalents parmi les chanteurs québécois de sa génération. Il demeure toutefois attaché à sa terre d’origine et fut de la première édition du concert. Il sera accompagné par sa fille Gabrielle, que le public a eu la chance de découvrir en 2016.

« Pendant la première partie du concert, Jean-François Lapointe interprétera des airs d’opéra. Il ouvrira justement avec un extrait du Barbier de Séville. Après la pause, l’accent sera mis sur les chants de Noël », précise l’un des membres du comité organisateur, Arthur Bonneau. Il ajoute que deux membres du Quatuor Saguenay, Nathalie Camus et David Ellis, se joindront aux quatre musiciens recrutés par Sabrina Ferland, qui est à la fois productrice et chanteuse.

La voix de la soprano résonnera à l’intérieur de la cathédrale, tout comme le violoncelle de Marie-Pier Simard-Gagnon. Précisons que la jeune femme vient de changer d’instrument. Grâce à l’appui d’un mécène, elle joue désormais sur un Grancino fabriqué en 1695. « Il sonne merveilleusement. C’est grandiose », a-t-elle confié il y a quelques jours.

Les mélomanes retrouveront avec plaisir le Choeur Euphonie, dirigé par Micheline Hamel. Ils seront également ravis par le violoniste Francis Garneau, un enfant qui se distingue régulièrement à l’échelle nationale. Il en sera à sa première participation, ce qui n’est pas le cas du metteur en scène Louis Wauthier. Une fois de plus, celui-ci signera la mise en lumière de l’église.

Les billets sont en vente au coût de 50 $ l’unité et les profits seront versés à la Fabrique Saint-François-Xavier, dont la présidence est assumée par Marc-André Bédard. Depuis dix ans, les revenus tirés des concerts ont favorisé la restauration de la toiture et du parvis de la cathédrale, la rénovation du presbytère et, plus récemment, l’installation d’un système de chauffage au gaz — avec l’appui de la Fondation de la cathédrale — et d’un système de son plus performant.

« En décembre, nous ferons aussi le dernier paiement pour un prêt de 200 000 $ que nous avions contracté auprès du diocèse », note le président avec un brin de fierté dans la voix. Le travail n’est jamais fini, toutefois, si bien que le stationnement sera refait avec l’aide de la ville de Saguenay, au printemps. Ensuite, il faudra s’attarder aux vitraux et à la fenestration, aux fondations et au drainage du terrain dans le voisinage de la chapelle, sujette aux infiltrations d’eau.