Les élèves Mélissa Perron, Johanne Deschênes, Hélène Landry, les professeures Janie Gauthier et Annie Bourgeois, ainsi qu'Esther Gaudreault, Gabrielle Petitclerc et Nathalie Mercier (absente de la photo) étaient heureuses de présenter leurs oeuvres remises à André Tremblay, de la Maison de soins palliatifs du Saguenay, qui apparaît ici au centre.

Huit oeuvres d'art en cadeau

Les Ateliers J'Art de Jonquière ont remis dimanche huit oeuvres sur toile réalisées pendant la fin de semaine pour la Maison de soins palliatifs du Saguenay.
Les professeures de peinture Janie Gauthier et Annie Bourgeois ont eu l'idée d'organiser une fin de semaine de création pour soutenir l'organisme, dans le cadre des Journées de la culture, qui avaient lieu en fin de semaine dans la région et à travers la province.
Les deux professeures et six de leurs élèves ont commencé à peindre vendredi. Le travail s'est poursuivi samedi et ceux qui n'avaient pas complété leur oeuvre ont livré leurs derniers coups de pinceau dimanche. La création d'une oeuvre originale était une première pour les six élèves.
Janie Gauthier était fière du travail de ses élèves. « Les styles sont différents, il y a beaucoup de paysages. Il y a du naïf, d'autres qui sont plus impressionnistes. Les oeuvres ont été faites surtout à l'acrylique, mais aussi quelques-unes à l'huile et une à la peinture vitrail », a-t-elle détaillé, lors d'un entretien téléphonique avec Le Quotidien, dimanche après-midi. À 15 h, les oeuvres étaient officiellement remises aux représentants de la Maison de soins palliatifs du Saguenay.
Les oeuvres pourront être utilisées pour la décoration de l'établissement, ou vendues aux enchères au profit de l'organisme, selon le souhait de ses responsables. Les droits des oeuvres ont été cédés.
Mme Gauthier souhaite renouveler l'expérience l'an prochain en sélectionnant un autre organisme qui recevrait des peintures d'étudiants de l'atelier lors des Journées de la culture 2018.
L'ouverture de la Maison de soins palliatifs du Saguenay, à Arvida, est prévue en 2018. Il s'agit du nouveau nom donné au projet, connu initialement sous le nom de Maison Le Chêne, après que la Maison Notre-Dame du Saguenay et la maison Le Chêne aient décidé de s'unir dans la réalisation du projet.