Hubert Lenoir, lors de sa récente prestation au Festival d'été de Québec

Hubert Lenoir courtise Kanye West dans une vidéo

Hubert Lenoir veut collaborer avec le «roi de la musique», Kanye West, et a pris les grands moyens pour y parvenir. L'auteur-compositeur-interprète de Québec a publié une vidéo en anglais sur son compte YouTube mercredi, où il invite le rappeur américain à «changer le monde» avec lui.

Dans le document de plus de sept minutes intitulé A request to Kanye West (Uncensored), Hubert Lenoir prend lui-même la parole, affublé d'un «costume de Mozart», pour raconter son parcours. On l'y voit dans divers lieux de Québec — «la plus belle ville au monde» —, dont le secteur du boulevard des Chutes, dans Beauport.

S'adressant directement à West, Lenoir émet toutefois un avertissement à titre d'introduction, affirmant ne pas endosser les positions politiques du rappeur, puis il continue:

«Bonjour, je t’aime. Mais parfois j’en ai honte. Si je n’ai jamais pensé te tuer, j’ai souvent pensé de te frapper en pleine face», raconte-t-il.

Le finaliste au prix Polaris, qui propose ainsi sa carte visite au monde anglophone, poursuit en expliquant son histoire et sa démarche artistique. «Je suis Canadien français, alors pardonne mon accent», demande-t-il d'entrée de jeu, avant de parler de la création de son «opéra post-moderne appelé Darlène».

Sur une trame jazz improvisée par le pianiste Vincent Gagnon, Lenoir passe ensuite au sujet de sa vidéo, lançant une invitation sentie à la collaboration à West.

«Nous devrions nous rencontrer, faire de la musique, faire de l’art, changer le monde! Changer le monde est facile, mais personne n’a le courage de le faire. Nous pouvons le faire», affirme-t-il.

Il ajoute: «Je veux juste briser les codes, les codes de la musique. Les genres, les styles de musique, ne m’intéressent pas. Le rap, le hip hop, le heavy metal, la musique rock, le classique, le jazz… C’est toute la même chose pour moi. Ça sonne tout pareil. J’aimerais vivre dans un monde où les genres musicaux, les couleurs, les identités sexuelles n’existent pas. Les gars, les filles… Oublions ça! Je veux être libre!»

L'artiste originaire de Beauport termine en incitant le rappeur américain à le rejoindre par texto, lui donnant même le numéro de cellulaire de sa gérante et copine, Noémie D. Leclerc. Cette dernière est créditée au générique du travail de caméra. Le scénario est de Lenoir et le montage d'Élizabeth Carignan.

A request to Kanye West (Uncensored) se termine sur une prière — «SVP, mon dieu, assure-toi que cette vidéo se rende jusqu’à Kanye West» — et une conclusion sous forme d'épilogue.

«Je pense que la musique existe pour vrai, qu’elle est une femme très grande et très belle et que lors que vous la respectez, elle vous respecte en retour et vous donne de grandes idées révolutionnaires. Je pense que si vous écoutez attentivement à votre cœur, vous pouvez l’entendre murmurer de merveilleuses mélodies et vous pourrez alors écrire de puissantes chansons, qui donnent de l’espoir au monde. Il est impossible que la musique oublie Kanye West. Elle sera fier de lui, j’en suis sûr. Je vais faire en sorte qu’elle soit fière de moi aussi», conclut Lenoir.

En cours de journée jeudi, l’artiste de Québec a publié sur son compte Instagram (@lebaronbandit) un message annonçant que A request to Kanye West ferait l’objet d’un reportage dans le magazine de mode et de style américain, i-D.