Rose Bouche

Hommage aux premières parties

CHRONIQUE / Les fans qui s’étaient déplacés au Théâtre du Palais municipal de La Baie pour assister au spectacle de Coeur de Pirate, le 25 janvier, ont vu apparaître trois artistes sur la scène en lever de rideau. Il s’agissait de Rose Bouche et de ses musiciens, un claviériste et une violoniste. Sans plus attendre, ils ont livré une chanson portée par une jolie voix, plutôt enjouée, pendant que les retardataires cherchaient leur siège.

Une fois l’interprétation complétée, la jeune femme a pris le temps de se présenter. « Moi, c’est Rose Bouche. Je vis une soirée spéciale, parmi vous. Je suis privilégiée de faire la première partie de Coeur de Pirate. Pour la première fois, nous allons jouer des pièces tirées du prochain EP », a-t-elle mentionné, avant d’étrenner un air enlevé, Toi, l’écho.

On a ensuite appris que cette artiste avait participé au Festival de la chanson de Saint-Ambroise et que c’est Claudine Bourdages, directrice de la programmation et du marketing à Diffusion Saguenay, qui l’a sélectionnée pour faire une première partie. Elle était membre du jury, et son invitation a tellement enthousiasmé Rose Bouche qu’elle n’a pas hésité à partir de la région de Montréal, le matin même, afin de se diriger à La Baie.

Il faisait un froid de canard. C’était venteux, mais rouler dix heures dans ces conditions lui semblait tout naturel. Or, c’est l’attitude qu’affichent la plupart des artistes chargés d’ouvrir pour une tête d’affiche. Ils sont heureux de se produire devant plusieurs centaines de personnes, en espérant que certaines d’entre elles seront attirées par leur travail.

C’est ce qui s’est produit à La Baie, à en juger par la vigueur croissante des applaudissements. C’est la plus belle récompense que pouvait espérer Rose Bouche, qui est demeurée sur scène pendant 32 minutes exactement. Ça représente beaucoup de route, quelque chose comme deux heures par chanson, et c’est ce qui m’impressionne le plus quand je pense à cette soirée.

Il faut aimer férocement son métier pour investir autant d’énergie à la seule fin de le pratiquer.