L’exposition est présentée du 23 au 25 mai.

Hommage à l’imagination

Des artistes et des chercheurs universitaires qui travaillent ensemble sur un projet de création inédit depuis deux mois présenteront le fruit de leurs efforts dans le cadre du festival Réactions créatives, un rendez-vous qui a lieu simultanément dans plusieurs villes universitaires.

À Saguenay, il s’agit de la deuxième présentation de cet événement qui veut créer des ponts entre des domaines qui semblent éloignés de prime à bord, mais qui ont plusieurs similarités.

Pour la coordonnatrice régionale de Réactions créatives, Camille Brisson, l’inventivité n’est pas l’apanage des scientifiques ou des artistes.

«Le point commun [entre les deux], c’est certainement, le goût de l’aventure, de la création. Les scientifiques travaillent sur des choses qui ne sont pas encore découvertes, il faut qu’ils soient imaginatifs», résume-t-elle.

Dans les faits, des appels à candidatures sont lancés l’automne pour jumeler les artistes avec les scientifiques. Le but est de démontrer les liens entre le monde de l’art et celui de la science.

Le festival Réactions créatives crée des ponts entre les artistes et les scientifiques.

«On essaie de trouver des affinités évidemment, dans la démarche des artistes et dans les domaines des chercheurs», explique Mme Brisson.

Depuis les deux derniers mois, les artistes Antonio Larios, Clarinthe De Langie, Maxime Bergeron-Gagnon et Stéphanie Leclerc-Murray se familiarisent avec le travail des chercheurs affiliés à l’UQAC que sont Marie-Ève Blackburn (ÉCOBES), Lionell Ripoll (LASÈVE), Patricia Blackburn (kinésiologie) et Jacinthe Dion (VISAJ).

Cette période de deux mois est nécessaire pour que les artistes s’imprègnent du travail des scientifiques. Ces derniers vulgarisent aussi leurs données. «C’est une rencontre humaine d’abord et avant tout. Ensuite, ils cogitent là-dessus et s’approprient toute cette matière. Ça devient une activité de recherche pour les artistes», explique Camille Brisson, au sujet du processus de formation des équipes.

L’exposition collective est présentée du 23 au 25 mai, aux ateliers TOUTOUT sur la rue Bossé. Un vernissage est organisé le vendredi, à 17h.

Les Symphonies boréales, une oeuvre qui fait littéralement chanter la forêt et qui démontre les possibilités du mariage entre l’art et la science, seront présentées dans les locaux du Centre d’expérimentation musicale.

«On essaie de présenter une programmation supplémentaire qui est axé sur l’interdisciplinarité art et science», dit Mme Brisson, à propos de ce festival de trois jours.

Une conférence donnée par l’écoconseillère et artiste Tamara Anna Gozjiev est aussi à l’horaire.