«Hier encore»: la magie opère de nouveau

Entre l’ambiance d’un cabaret des années 20, la danse et les prouesses athlétiques des artistes de la scène, le spectacle de cirque Hier encore, présenté à Dolbeau-Mistassini, est une bouffée d’air frais pour l’art en région. En dynamisant la vie au centre-ville, le spectacle fait d’une pierre deux coups en venant en aide à la Fondation 33, un organisme de soutien aux victimes d’un traumatisme de la moelle épinière.

Ça fait plus de 10 ans que je n’avais pas assisté à un spectacle de cirque, sans compter que lors de ma dernière expérience, j’habitais à Montréal. C’est là que réside une bonne partie de la magie du spectacle Hier encore, présenté au cinéma Météore, à Dolbeau-Mistassini, car le cirque est rarement accessible en région.

Et il est encore plus rare de voir des artistes de renommée internationale, qui ont travaillé pour le Cirque du Soleil, le cirque Éloize et les 7 doigts de la main, venir faire des prestations dans le Nord du Lac-Saint-Jean.

Imaginez les étoiles dans les yeux de ma fille de sept ans quand elle a pu voir les artistes à l’oeuvre, se balançant sur des cordes suspendues dans les airs, sautant de poteau en poteau, jonglant avec des diabolos, sautant dans des cercles à près de deux mètres au-dessus du sol ou encore effectuant des danses acrobatiques à faire rougir des champions de gymnastique olympique.

Entre le style cabaret, la danse et les chorégraphies, le piano et les prouesses des artistes de cirque à couper le souffle, le spectacle s’adresse à une large clientèle et peut plaire à tous. C’est d’ailleurs le but de Maxime Girard, le metteur en scène du spectacle.

C’est grâce à ce dernier, un artiste de cirque de Dolbeau-Mistassini devenu tétraplégique en 2013 lors d’un spectacle, qu’Hier encore a vu le jour. « Je voulais amener le cirque en région et, au passage, contribuer à la vitalité de Dolbeau-Mistassini, dit-il. Rien ne pourra remplacer ma vie avant mon accident, mais ce spectacle, c’est un peu comme un baume sur la plaie. C’est ma motivation. Sans ça, je ne serais plus ici. »

C’est la deuxième année que Maxime Girard organise un spectacle de cirque dans sa ville natale. L’an dernier, le spectacle avait permis d’amasser 15 000 $ pour la Fondation 33, affichant à guichets fermés pendant plusieurs soirs et présentant plusieurs complémentaires. Le metteur en scène espère que la réponse de la population sera aussi bonne cette année pour les 20 représentations, d’ici le 17 août.