Nick Rodwell, responsable de la protection et de la promotion de l'oeuvre de Hergé du Musée Hergé en Belgique, a visité les installations de La Pulperie en compagnie des membres de l'équipe du musée régional. Les différents intervenants doivent évaluer comment pourra être montée l'exposition sur Hergé qui sera présentée à La Pulperie.

Hergé se rapproche de La Pulperie

Si tout se déroule comme prévu, La Pulperie de Chicoutimi accueillera une exposition sur la vie et la carrière de Hergé spécialement conçue pour le musée régional en 2018. Le responsable de la promotion et de la conservation de l'oeuvre du père de Tintin est actuellement de passage à Saguenay pour négocier en vue de la concrétisation du projet.
Après Paris, Genève, Londres et maintenant Québec, le Musée Hergé prévoit présenter plusieurs pièces de sa collection à La Pulperie de Chicoutimi.
« C'est une exposition d'envergure, une exposition très importante », affirme d'emblée Jacques Fortin, directeur général de La Pulperie.  
Nick Rodwell, responsable de la protection et de la promotion de l'oeuvre de Hergé, l'affirme d'emblée, il est de passage au Québec pour le vernissage de l'exposition Hergé à Québec, au Musée de la civilisation, mais aussi pour visiter La Pulperie.
« Je suis ici aussi pour voir comment on peut amener l'exposition à La Pulperie, assure-t-il. On a un très bon contact avec La Pulperie. On a reçu la visite d'une délégation. La sympathie est là. On a envie de faire une exposition et on va la faire. Maintenant, on doit décider de la date, du budget, du scénario. Quand on a envie de travailler avec quelqu'un, on y arrive toujours. »
Nouveau matériel
Le projet a évolué depuis l'arrivée du représentant du Musée Hergé situé à Louvain-la-Neuve en Belgique. L'exposition devait d'abord être une adaptation de celle présentée à Québec, mais après discussions, les intervenants ont convenu qu'il serait plus logique d'offrir du nouveau matériel au public. L'objectif consiste à inciter des gens de l'extérieur du Saguenay-Lac-Saint-Jean et qui auraient pu voir l'exposition de Québec à se déplacer jusqu'à Saguenay.
« Au déjeuner mercredi, on a convenu qu'il serait préférable de présenter quelque chose de complémentaire, explique Nick Rodwell. Même s'il y a quelques années, un partenariat avait été réalisé entre le Musée de la civilisation et La Puperie pour présenter une exposition sur Astérix, on a décidé de faire autrement. »
Il faut savoir que La Pulperie a approché le Musée Hergé avant même que le fasse le Musée de la civilisation.
« Quand le Musée de la civilisation a eu l'idée de présenter l'exposition sur Hergé, on nous a avertis », souligne Jacques Fortin, qui a apprécié le geste, mais qui ne voyait pas la présentation de l'exposition à Québec comme un frein.  
Un musée en voyage
Nick Rodwell apprécie pour sa part les occasions de présenter Hergé au Québec. « On a beaucoup de matière. Pour nous, c'est important de sortir de notre ghetto qui est composé de la Belgique, de la France et de la Suisse. Le Musée Hergé de Bruxelles est en voyage. C'est excitant et important pour l'oeuvre de Hergé. »
Le responsable de la collection affirme que les demandes sont de plus en plus nombreuses pour l'exposition.
« Depuis la présentation de l'exposition au Grand Palais de Paris, on est convoité partout. On a reçu beaucoup de gens intéressés, mais on n'est pas toujours sur la même longueur d'onde. Aujourd'hui, on parle de budget en premier. C'est le début, c'est ce qui décide de ce qu'on peut faire ou non. »
L'exposition présentée à La Pulperie devra être adaptée au bâtiment. Elle sera notamment composée d'archives, de dessins, de documentations, de planches, de maquettes et d'écrans.
À Paris, l'exposition occupait un espace de 1200 mètres carrés. À Québec, elle a été adaptée à un espace de 800 m2. À Chicoutimi, l'espace disponible sera de 600 m2. « L'exposition occupera la majeure partie des espaces », assure Jacques Fortin qui souhaite être en mesure de présenter l'exposition de mai à octobre 2018.