Guylaine Tanguay vient de sortir un extrait de son prochain album, une chanson intitulée, Je crois en nous. Elle rassemble des photographies fournies par ses nombreux fans, invités à montrer comment ils vivent à l’ère du coronavirus.
Guylaine Tanguay vient de sortir un extrait de son prochain album, une chanson intitulée, Je crois en nous. Elle rassemble des photographies fournies par ses nombreux fans, invités à montrer comment ils vivent à l’ère du coronavirus.

Guylaine Tanguay fait appel à ses fans pour son prochain clip

Fidèle à la philosophie country, Guylaine Tanguay est une femme proche de son monde. Même en cette ère de pandémie, synonyme de spectacles reportés, voire annulés, la chanteuse originaire du Lac-Saint-Jean garde le contact avec ses fans par l’entremise de sa page Facebook. C’est ainsi qu’ont été rassemblées les photos intégrées dans le clip de la chanson Je crois en nous, premier extrait de l’album Guylaine Tanguay Country.

Il s’agit d’une adaptation de la pièce I Run To You de la formation Lady Antebellum. Le texte a été écrit par Nelson Minville bien avant la crise, mais colle parfaitement à l’état d’esprit qui règne aujourd’hui, ce qui a incité la chanteuse à lancer un appel à tous en vue de la sortie du clip réalisé par Jacques Graveline.

« Les paroles correspondent tellement à ce que nous vivons. C’est pourquoi j’ai demandé aux gens d’envoyer des photos d’eux reflétant leur réalité. J’en ai tellement reçu qu’on a dû effectuer une sélection. On voit un homme pelleter, quelqu’un qui peinture un plafond, des enfants, des personnes âgées, des travailleurs du milieu de la santé », s’est émerveillée Guylaine Tanguay, jeudi, au cours d’une entrevue téléphonique accordée au Quotidien.

La musique avait été mise en boîte au Québec, sous la direction de Sébastien Dufour, lorsque la chanteuse s’est rendue au studio de son ami Steve Mandile, à Nashville, afin d’enregistrer ses pistes. Son partenaire Maxime Landry devait la rejoindre, mais a dû renoncer à ce projet lorsqu’il est devenu hasardeux de quitter le pays. Sa voix a été captée à Montréal.

Le duo chante avec beaucoup de naturel, sans forcer le trait, tandis que les arrangements véhiculent l’idée que la vie fleurit toujours, sans égard aux circonstances. « Je ne voulais pas que le premier extrait soit une chanson lourde. Or, celle-ci est positive. L’air nous donne le goût de danser », estime Guylaine Tanguay.

Bien sûr, les interprètes ont filmé leurs images séparément, n’étant réunis que sur l’écran, parfois en compagnie de leurs fans. Comme ceux-ci, ils ont fait leur possible pour obtenir un résultat satisfaisant, tout en étant conscients de leurs limites. « Jacques a veillé à ce que le clip soit fait de manière professionnelle, mais en respectant le sens de la démarche. On n’est pas dans la perfection, mais dans l’émotion », énonce la chanteuse.

Demandes spéciales

Puisque les spectacles ne sont plus de saison et que les enregistrements de l’émission Tout simplement country ont été reportés à l’automne (en attendant, Radio-Canada offre des rediffusions), Guylaine Tanguay profite de la pause pour réaliser des entrevues et, surtout, répondre aux voeux exprimés par ses nombreux fans.

« Plusieurs m’adressent des demandes spéciales, notamment des vidéos destinés à des proches. Chaque jour, j’en fais des dizaines. Ça me garde dans un esprit positif », fait observer la Jeannoise. Elle prépare également la sortie de l’album, prévue pour le 8 mai. On y retrouvera 50 % de pièces originales et 50 % de reprises.

« Il est rempli de bonnes chansons et le hasard veut que plusieurs d’entre elles correspondent à ce qu’on vit ces temps-ci. J’avais besoin de légèreté et c’est un album qui donne des ailes. Il me présente comme je suis », décrit Guylaine Tanguay.