C’est pour compléter la production d’un documentaire tourné, entre autres, à la chapelle Saint-Cyriac, que Guillaume Tremblay présentera un concert bénéfice le 22 décembre, à l’église Sacré-Coeur de Chicoutimi. Il sera accompagné par deux autres musiciens, ainsi que la mezzo-soprano Sola Nkani.

Guillaume Tremblay à l’église Sacré-Coeur

Encouragé par l’achalandage enregistré l’année dernière, Guillaume Tremblay retournera à l’église Sacré-Cœur de Chicoutimi, le 22 décembre à 14 h, afin de présenter un concert de musique sacrée épousant des contours originaux. Baptisé Scivias, ce qui signifie sache les voies de Dieu, cet événement proposera des compositions originales, ainsi qu’un hommage à l’Allemande Hildegarde Von Bingen.

Mille ans après sa naissance, on continue de la célébrer pour ses œuvres de chant choral, dont une que reprendront le saxophoniste saguenéen et la mezzo-soprano Sola Nkani. « J’ai découvert son travail par l’entremise d’un podcast. Elle intégrait au chant grégorien des éléments empruntés à la musique celtique », a fait remarquer Guillaume Tremblay, mardi, au cours d’une entrevue accordée au Quotidien.

Des pièces à lui figureront également au programme, lesquelles mobiliseront le trompettiste Ghislain Potvin et le flûtiste Sébastien Maltais, en plus de Sola Nkani. Elles sont nées dans la foulée du projet Genèse, qui l’a conduit à jouer dans plusieurs églises de la région dans les dernières années. Parfois en solo, parfois avec son collègue Charles Côté, il a créé des compositions qui, dans bien des cas, sont apparentées à de la musique dévotionnelle.

« Nous proposerons également la pièce Heaven, tirée d’une messe écrite par Duke Ellington. Je serai au piano, accompagné par Sola et Ghislain », précise Guillaume Tremblay. Il croit que la nature des œuvres offertes le 22 décembre se marie bien au lieu où les mélomanes sont conviés. En même temps, elles tranchent avec le répertoire associé au temps des Fêtes.

« Mon objectif consiste à faire une tradition de ces rendez-vous à l’église Sacré-Cœur. Noël approche, mais on n’entendra pas les chants habituels », mentionne le musicien. Ce sera aussi une manière de financer le projet Genèse, puisque le public sera invité à effectuer une contribution, bien que l’entrée soit gratuite. Un documentaire a été tourné, tandis que des compositions ont été enregistrées. Dans les deux cas, toutefois, les ressources manquent afin de livrer le produit fini.

Le contenu de l’album a été mis en boîte dans des églises, mais la qualité sonore inégale obligera les artistes à refaire une partie de l’ouvrage. Quant au film tourné et réalisé par Guillaume Ouellet, baptisé T’es ça, il sera enrichi de quelques scènes captées à l’occasion du concert. Viendra ensuite l’étape de la post-production, prélude à la diffusion du document quelque part en 2020.

Fait à noter, les personnes qui voudraient contribuer directement au projet, avant même la tenue du concert, peuvent le faire en se rendant à l’adresse http ://www.gofundme.com/genese.