À Kiev, un Ukrainien prie devant une affiche géante de son compatriote Oleg Sentsov, condamné pour «terrorisme» en Russie après son opposition à l’annexion de la Crimée. Le cinéaste est en prison depuis 2015.

Godard refuse d'aller en Russie en soutien à Oleg Sentsov

PARIS — Jean-Luc Godard a refusé de se rendre au musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg en raison «des conditions de détention du réalisateur Oleg Sentsov», emprisonné en Russie, selon un message du cinéaste franco-suisse rendu public lundi par la Société des réalisateurs de films française.

«Je vous remercie pour votre invitation, mais compte tenu des conditions de détention du réalisateur Oleg Sentsov, je ne me sens pas autorisé pour l’instant à visiter l’Ermitage et ce, quelle que soit mon amitié pour le peuple russe», écrit Jean-Luc Godard dans ce message à Dimitri Ozerkov, directeur du département art contemporain du musée de l’Ermitage, qui l’invitait à visiter le musée en vue d’une installation à venir.

Le réalisateur d’À bout du souffle et du Mépris, âgé de 87 ans, ajoute «rester attentif à l’évolution des événements».

Un collectif d’artistes et d’intellectuels du monde entier, dont les cinéastes Jean-Luc Godard, Wim Wenders et Aki Kaurismaki, a récemment exhorté, dans une lettre ouverte, les responsables des démocraties à obtenir du président russe Vladimir Poutine la libération du cinéaste ukrainien Oleg Sentsov.

Opposant à l’annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée par la Russie, Oleg Sentsov a été condamné en 2015 par la justice russe à 20 ans de camp pour «terrorisme» et «trafic d’armes», à l’issue d’un procès dénoncé comme «stalinien» par Amnistie Internationale.

Le cinéaste de 42 ans, qui a reçu fin octobre le Prix Sakharov du Parlement européen, a passé cette année 145 jours en grève de la faim pour exiger la libération de tous les «prisonniers politiques» ukrainiens détenus en Russie. Il est détenu dans la colonie pénitentiaire russe de Labytnangui, au-delà du cercle polaire arctique.