Ghislain Boucher présente avec fierté son nouveau-né, le roman policier Jeux de cache-cache. C’est le deuxième chapitre des aventures de Delphine Marquis et de Tom Harvey, enquêteurs de la ville fictive de Beauvoir.

Ghislain Boucher ramène de familiers personnages

L’expérience acquise par Ghislain Boucher lors de l’écriture de son premier roman policier, Vengeance nocturne, fut d’un précieux secours pendant la création du second volet des aventures de Delphine Marquis et de Tom Harvey, Jeux de cache-cache. L’auteur, un comptable qui profite de sa retraite pour imaginer des intrigues savamment construites, a aimé plonger ses enquêteurs favoris dans le trouble.

Cette fois, c’est au Nouveau-Brunswick qu’ils aboutissent, leur mandat consistant à élucider le meurtre d’une femme, lequel a été suivi de l’enlèvement de sa fille. Ils ont quitté la ville fictive de Beauvoir pour trouver quel est le lien entre les deux événements, et surtout identifier ceux qui les ont planifiés. En même temps, on voit évoluer leur relation d’amitié, celle d’un homme prudent, rigoureux, et de sa partenaire au tempérament plus téméraire.

« Je voulais ramener ces personnages parce que la dynamique était bien installée, ce qui m’a facilité la tâche. L’expérience aidant, j’étais plus à l’aise en ce qui touche l’écriture. Ça sortait pas mal mieux », raconte le Chicoutimien. Au moment d’aborder cette histoire, il connaissait le début et la fin. C’est donc la partie centrale qui lui a fourni l’occasion d’emprunter des sentiers moins balisés.

« Même si je suis un ancien comptable et un auteur autodidacte, des affaires, j’en ai vu dans ma vie. J’ai travaillé comme assistant au centre de recherches de l’hôpital de Chicoutimi, entre autres, ce qui m’a aidé à intégrer des éléments scientifiques dans mon livre. Il s’adresse aux amateurs de romans policiers qui, semble-t-il, sont majoritairement des femmes », fait observer Ghislain Boucher.

Une autre source de fierté pour lui tient à la construction soignée de l’intrigue. L’homme prend plaisir à mener les lecteurs en bateau, à promener sous leurs yeux des personnages susceptibles d’avoir commis les crimes évoqués dans Jeux de cache-cache. Il a également le souci d’attacher les fils à la fin. « Les gens ne voient pas venir la conclusion. Les responsables ne sont pas ceux auxquels ils pensent », énonce le romancier.

Il annonce qu’un troisième livre est en chantier, mais cette fois, les deux enquêteurs céderont la place à d’autres personnages. L’autre élément de nouveauté est que ceux-ci vivront au Saguenay. « Il y a tant de belles choses à montrer chez nous. Je me donne trois ans pour compléter l’écriture, ce qui me mènerait à 80 ans. J’espère qu’une maison d’édition se montrera intéressée », affirme l’auteur, qui a veillé lui-même à la confection et à la mise en marché du nouvel ouvrage.

C’est aussi lui qui se charge de la distribution de Jeux de cache-cache, qui n’est pas en vente en librairie. Il suffit de le joindre au 418 696-0779.

« La première fois, j’ai confié le dossier à une entreprise. Ça m’a coûté plus cher. Cette fois-ci, je prévois même réaliser un petit bénéfice », laisse entrevoir Ghislain Boucher.