Flo Rida était attendu par des milliers de fans réunis devant la grande scène Ubisoft/Le Quotidien sur la Zone portuaire de Chicoutimi.

Généreux Flo Rida

Flo Rida a tenu sa promesse. Généreux, il a offert à ses fans un spectacle qu'ils ne sont pas prêts d'oublier vendredi soir sur la grande scène de la Zone portuaire de Chicoutimi.

Le rappeur avait affirmé au Progrès qu'il allait passer un bon moment avec ses fans dans le cadre du Festival des bières du monde. C'est exactement ce qu'il a proposé aux nombreux festivaliers massés devant lui.

Arborant un chandail, des lunettes, une montre et des chaussures ornés de paillettes, Flo Rida est apparu sur scène sous les cris de la foule avec son succès de 2012 Good Feeling. Le public était conquis. Le rappeur avait promis d'offrir les titres qui font plaisir à ses fans. Déjà, on savait qu'il tiendrait sa promesse. Une impression renforcée par le fait qu'il a poursuivi avec Right Round.

Il n'y avait plus de doute, la soirée allait être à la hauteur des attentes, même au-delà. Dès les premières notes, le parterre s'est transformé en piste de danse.

Le rappeur accompagné de deux danseuses et de cinq musiciens a offert ses grands succès notamment Whistle et Low, allant même jusqu'à intégrer «Festival des bières» dans sa chanson My House. Mais il ne s'est pas arrêté là. Visiblement, la scène n'était pas un obstacle le séparant de ses fans. À maintes reprises il est descendu dans la foule ne ménageant aucun effort pour faire plaisir à son public. Il a multiplié les «selfies» et s'est filmé en chantant avec les téléphones qui lui étaient tendus.

Plusieurs fans ont aussi été invités à monter sur la scène avec lui, pour danser ou chanter.

Flo Rida a invité son public à sauter, à lever les bras dans les airs, à chanter. Chaque fois, la foule a répondu avec enthousiasme.

Celui qui a vendu près de 80 millions d'albums depuis le début des années 2000 avait assuré au Progrès qu'il n'était pas du genre à se contenter de chanter. Il disait vrai.

DJ Shortcut

La foule avait bien été réchauffée par DJ Shortcut. Du haut de ses 6'7'', le Montréalais a su insuffler une bonne dose d'énergie au public.

Le DJ s'est emparé de la scène pendant plus d'une heure, permettant à la fête de commencer bien avant l'arrivée de la tête d'affiche.

Le charismatique personnage doté d'une énergie contagieuse a fait la preuve qu'être DJ peut parfois devenir un sport. Bougeant au rythme des pièces, il a incité le public à faire de même.

DJ Shortcut a bien réchauffé la foule en attendant l'arrivée de Flo Rida.

Orloge Simard

Dans un tout autre registre, à l'autre bout du site, Orloge Simard a bien tiré son épingle du jeu attirant nombre de festivaliers avides de musique issue d'un mélange de rock, de blues, de folk et de vulgarité.

Plusieurs festivaliers étaient rassemblés pour entendre les pièces déjantées de la formation qui a proposé ses premiers titres avant même que le soleil ne soit couché. La lumière du jour n'a rien enlevé à la proposition de la formation dont le leader a cumulé plusieurs gorgées d'alcool avant même d'avoir entamé sa deuxième pièce.

La formation baieriveraine donnait l'impression d'être maître chez elle, le public scandant haut et fort l'ensemble des paroles de ses pièces.

Le public s'est fait parler de sa région d'une façon bien particulière, notamment à travers La rue Bagot et J.R.

Orloge Simard n'aurait pu choisir meilleur endroit pour offrir son Hymne à la bière, supporté par un public dont chaque élément avait un verre à la main.

La fête était lancée. La soirée s'annonçait belle.

Fidèle à lui-même, Orloge Simard a livré des pièces issues d'un mélange de styles musicaux et de vulgarité aux nombreux spectateurs venus l'entendre.