Un an après le lancement de l'album Brûlensemble au Sous-Bois de Chicoutimi, ce dont témoigne cette photographie, le groupe Gazoline mettra fin à la tournée du même nom à l'occasion d'un spectacle présenté à La Baie, le 23 septembre. Il sortira ensuite un EP réunissant cinq nouvelles chansons.

Gazoline met fin à sa tournée

Le groupe saguenéen Gazoline reviendra dans ses terres le 23 septembre, plus spécifiquement au Bistro Café Summum de La Baie, afin de présenter pour la dernière fois dans la région le spectacle inspiré par l'album Brûlensemble. Un an après sa sortie, le moment est venu de tirer un trait sur ce projet qui n'a eu que des conséquences heureuses pour les musiciens.
« C'est le premier disque que nous avons produit nous-mêmes. Nous en sommes très fiers et nous voulons finir la tournée en grand avec ce spectacle, ainsi qu'un clip qui sortira d'ici une ou deux semaines, celui de la chanson La grève du bonheur. En plus, nous avons New York qui joue à Énergie », a fait observer le chanteur Xavier Dufour-Thériault il y a quelques jours, lors d'une entrevue téléphonique accordée au Quotidien.
Un son parfois très rock, parfois un peu moins
L'album a suscité suffisamment d'intérêt pour générer de plus grandes foules dans les salles où s'est produit Gazoline, ce qui constitue une autre source de satisfaction. Ses membres ont limité le nombre de sorties dans les derniers mois et constaté que chacune d'elles a amené de nouveaux fans, parfois plus âgés, à se joindre aux fidèles du combo.
Xavier Dufour-Thériault a tellement confiance dans les chansons de Brûlensemble qu'il anticipe des mises en nomination pour différents galas. Il estime que l'ajout d'un claviériste a enrichi le son du groupe et que cette poussée créative a donné d'autres fruits juteux lors des dernières séances d'enregistrement.
Cinq pièces ont résulté de ces efforts, lesquelles feront partie d'un EP qui devrait sortir en novembre. « Sur quelques-unes d'entre elles, notre son n'a jamais été aussi rock. Sur d'autres, par contre, il n'a jamais été aussi peu rock. Notre spectre s'est encore élargi », constate le chanteur avec une satisfaction évidente.
Lui et ses camarades misent sur ces compositions pour relancer l'intérêt pour le groupe, ce qui constitue une nécessité à une époque où le cycle de vie d'un album tend à se contracter. « Depuis l'émergence de Spotify, les gens s'attendent constamment à avoir de nouvelles choses. Nous n'avons pas le choix de demeurer à l'affût », énonce Xavier Dufour-Thériault.
Ce qui ne change pas, en revanche, c'est le désir que ressentent les amateurs de s'attacher à un groupe de musiciens, de préférence à un artiste évoluant en solo. « Nous-mêmes, nous aimons suivre une formation sur plusieurs années. C'est une formule qui nous fait tripper, ce qui explique pourquoi nous jugeons important de travailler ensemble. Nous demeurons un band de garage dans l'âme », rapporte le chanteur.