Frédéric Lalancette partagera un plateau double avec Lilac, une artiste originaire de Saint-Henri-de-Taillon. Les premières sorties auront lieu les 7 et 8 mars, à Roberval et à Alma.

Frédéric Lalancette et Lilac en formule double

«Quand on veut du sucre à la crème, on s’en fait», lance Frédéric Lalancette, d’un ton enjoué. C’est une façon d’expliquer ce qui l’a poussé à monter un plateau double avec Lilac, une consoeur originaire, comme lui, du Lac-Saint-Jean. Tous deux tentent de percer dans l’industrie de la musique, sans toutefois compter sur l’appui d’une grosse machine. La débrouillardise est donc de mise, d’où les quatre rendez-vous qui figurent à leur agenda.

Le premier les conduira au restaurant Le Draveur de Roberval, le 7 mars, à 20h. Ils se produiront également à la Microbrasserie Lion Bleu d’Alma, le lendemain, à 20h, avant de présenter leurs créations à Montréal et à Québec, les 4 et 6 avril. Chaque fois, la formule sera la même. Les deux artistes auront droit à un minitour de chant. Trois musiciens les appuieront, tandis que l’un et l’autre feront des voix pour leur camarade.

«Lilac a deux EP à son actif, alors que je viens de sortir mon premier, auquel s’ajoutent des pièces qui n’ont pas encore été enregistrées. Nous nous sommes rencontrés dans le cadre d’un spectacle corporatif où l’idée nous est venue de monter quelque chose ensemble. Ça nous permettra de mettre notre matériel en valeur, tout en proposant quelques reprises», a raconté Frédéric Lalancette, au cours d’une entrevue téléphonique accordée au Progrès.

Frédéric Lalancette à hâte de se produire au Lac-Saint-Jean, sa région natale, en compagnie d’une autre jeannoise, l’artiste Lilac. Il y présentera des compositions originales, jumelées à des reprises.

Pop et soul

Lui-même se situe au croisement de la pop et de la soul, ce qui le poussera à revisiter le répertoire de Mario Pelchat (Voyager sans toi) et de Corneille (Les marchands de rêves), entre autres. Quant à sa consoeur, elle fait dans la pop électro, d’où son désir d’interpréter le succès de Niagara Pendant que les champs brûlent, en plus de ses compositions. «Son nom vient du fait qu’elle aime le lilas. Le ‘‘c’’, à la fin, constitue une référence au lac Saint-Jean», précise son compatriote.

Il ajoute que les personnes intéressées à voir les deux artistes peuvent réserver des places en contactant les gens du Draveur et du Lion Bleu. Racines obligent, le chanteur croit que lui et Lilac disposent d’un bassin de fans au Lac-Saint-Jean, ce qui augure bien pour cette portion de la tournée.

Pour le moment, aucune sortie n’est prévue au Saguenay, mais ça pourrait changer prochainement. Un diffuseur a été contacté en vue de la saison 2019-2021.

«C’est dans notre mire», confirme Frédéric Lalancette.