Cette photographie a été captée lundi, au Lion d’Or, pendant la performance livrée par la Saguenéenne Valérie Poulin. Elle lui a permis d’accéder au troisième rang à l’issue de la ronde préliminaire, en plus de créer un buzz qui annonce bien pour la suite des choses.

Francouvertes: un buzz pour Valérie Poulin

Valérie Poulin voulait juste décrocher l’une des neuf places donnant accès à la demi-finale des Francouvertes, l’un des concours les plus prestigieux dans le monde de la chanson. Invitée à se produire au dernier jour des préliminaires, soit le 1er avril, la Saguenéenne a profité de sa fenêtre de 30 minutes pour interpréter des compositions en compagnie du bassiste Étienne Dupré et du batteur Thomas Sauvé-Lafrance, ce qui lui a permis d’accéder au troisième rang, à sa grande surprise.

« J’espérais monter en demi-finales, mais je ne m’attendais pas à finir troisième, a confié la jeune femme, jeudi, lors d’une entrevue téléphonique accordée au Quotidien. J’avais travaillé vraiment fort et une fois rendue sur la scène, j’ai lâché prise sur ce qui allait se passer. Je savais toutefois que le côté viscéral, “real”, de ma musique, donnerait du poids à la performance. À la fin, des gens avaient les yeux dans l’eau. »

Elle qui partageait l’affiche avec BIRMANI et Fria Moeras fut la seule à mériter une place en vue de la prochaine étape. Les notes étaient attribuées à parts égales par les juges et le public rassemblé au Lion d’Or de Montréal, il a suffi de quelques minutes pour confirmer la bonne impression générée par sa performance. Le comité organisateur l’a donc invitée à se pointer le 17 avril, toujours dans la même salle. Il s’agira de la troisième et dernière séance et Valérie Poulin sera la dernière à chanter.

« Je vais peut-être changer le “set”, mais juste des petites choses. Ce serait me tirer dans le pied que de me mettre à risque et de toute manière, des bonnes tounes, j’en ai pas 50. Encore une fois, on va tout donner et le reste, on n’a aucun contrôle là-dessus », analyse la Saguenéenne. Heureuse d’avoir répondu à ses propres attentes, confiante dans ses capacités, elle aborde sereinement cette phase du concours.

Après tout, les compositions livrées lundi, celles qui figurent sur l’album intitulé L’or des fous, ont démontré leur efficacité. Plusieurs abordent le thème de la compulsion, évoquent des états d’esprit telles la colère, la sobriété, la dépression. « Il y a beaucoup de sujets reliés à des tabous. J’ai une pièce qui parle de la compulsion sexuelle, par exemple, sous l’angle de la masturbation. Ça peut être déstabilisant, mais ça part de la façon dont je vois le monde », raconte Valérie Poulin.

Comme les musiques sont lourdes, elle prend soin d’alléger l’atmosphère pendant ses interventions, une stratégie qui a bien fonctionné lors de la ronde préliminaire. Non seulement l’émotion fut grande dans la salle, mais le lendemain, tant au sein des médias que dans l’orbite des Francouvertes, l’écho de sa performance continuait de résonner. « En ce qui touche les réactions, ça a défoncé », confirme la principale intéressée.

Elle aura eu plus de veine que Vice E Roi, l’autre candidat provenant de la région. Il n’a pas survécu à la première étape du concours, tandis que Valérie Poulin peut encore remporter la finale, de même que le Prix du public TELUS, pour lequel on peut voter en ligne jusqu’au 11 avril. Pour participer, il suffit de se rendre sur le site des Francouvertes et de choisir parmi les trois candidats qui ont animé la soirée de lundi.

« On peut visionner un vidéo sur lequel chacun de nous présente une chanson. La mienne, c’est Any. Elle joue à la fois sur l’anglais et le français », fait observer son auteure, qui s’accompagne à la guitare.