Le temps a été plutôt maussade durant le festival.

FIRM: un record, n'eût été de la pluie

Si la pluie ne s'était pas invitée au Festival international des Rythmes du monde (FIRM), la quinzième édition qui se concluait dimanche à Chicoutimi «aurait pu être la meilleure de toutes», ce qui n'empêche pas l'organisation d'affirmer avoir dépassé les 100 000 participants.
Les données officielles sur l'achalandage compilées par une firme de sondage seront disponibles dans les prochaines semaines. «Déjà, on nous dit qu'il y avait beaucoup de touristes, indique l'organisateur Robert Hakim. Il y a eu des débuts de soirée plus difficiles à cause de la pluie, les gens arrivaient plus tard, mais tous les spectacles majeurs ont rempli la rue Racine. C'était une excellente édition.»
Même si des débuts de soirée ont été plus tranquilles, la rue Racine s'est remplie de monde pour les spectacles majeurs.
La Place du citoyen a vibré aux rythmes latins samedi et dimanche.
Difficile de comparer l'événement saguenéen à celui de l'année dernière, qui se tenait seulement sur quatre jours au lieu de deux semaines. Cet été, des spectacles étaient aussi présentés du dimanche 6 août au mercredi 9 août dans le cadre du «Off festival», une formule qui devrait revenir. Samedi et dimanche, la Place du citoyen était occupée par la Fiesta Latina avec la troupe de danse Salsa Nueva et le trio Son Candelas. D'autres activités y ont également été organisées durant toute la durée du festival.
«On commence à apprivoiser la Place du citoyen, explique Robert Hakim. On veut aussi exploiter plus la Zone portuaire de Chicoutimi avec des spectacles payants internationaux. On a vu avec Éric Lapointe que c'était gagnant. Ça nous aide à augmenter nos revenus autonomes et à garder la gratuité en général. On veut développer de nouveaux créneaux, mais ça prend du financement.»
Avec le renouvellement récent de l'entente de 250 000 $ pour les trois prochaines années avec Saguenay, le FIRM confirme 25 % de son budget d'un million de dollars. «Presque les deux tiers du budget du festival proviennent de commanditaires, donc c'est important pour nous de s'attacher nos partenaires à long terme», poursuit Robert Hakim.
L'organisateur est fier de la «fidélité exemplaire des festivaliers», qu'il tient à remercier. «C'est cliché à dire, mais c'est spécial ici. Les gens se sont vraiment approprié l'événement et ils sont toujours présents.»
Robert Hakim a vécu plusieurs moments «fabuleux» au cours des deux dernières semaines. Il rappelle entre autres le quatuor québécois dans la programmation de Éric Lapointe, Bodh'aktan, Kain et Bernard Adamus qui ont fait plaisir à la foule, la prestation de l'Ivoirien Tiken Jah Fakoly, jeudi, le spectacle Femmes du monde avec Lynda Thalie, Lorraine Klaasen, Sandra Campanelli, Rita Lahkim et Nadja, samedi, ainsi que la clôture du festival par la formation Freddie James Project.