Originaires des États-Unis, vivant désormais au Québec, les Barr Brothers se produiront au Théâtre Banque Nationale de Chicoutimi le 21 février, dans le cadre de la tournée identifiée à l’album Queens of the Breakers.

Fin de tournée pour les Barr Brothers

L’excellent album des Barr Brothers, Queens of the Breakers, prendra vie le 21 février, au Théâtre Banque Nationale de Chicoutimi. Sorti en 2017, cet enregistrement, le troisième de la formation, représente son projet le plus abouti. C’est également celui qui a été le plus facile à transposer sur scène, révèle le guitariste Brad Barr.

« Il n’a pas été dur à jouer live parce que nous l’avons créé dans un environnement similaire. Il y a aussi la nature des chansons qui a facilité la transition. Elles possèdent un caractère instinctif qui les distingue des compositions tirées du disque précédent, Sleeping Operator. Celles-là, je les avais développées dans ma chambre et elles sont plus cérébrales », a-t-il confié, il y a quelques jours, lors d’une entrevue téléphonique accordée au Progrès.

Ils seront cinq pour faire honneur à Queens of the Breakers, à la faveur d’une tournée québécoise qui survient à la fin du cycle lancé par cet album. Celui-ci a eu un impact réel sur l’assistance aux spectacles et sur le rayonnement du groupe fondé avec son frère, Andrew, constate Brad Barr. « Nous avons effectué au moins cinq séjours aux États-Unis, dont plusieurs sur la côte ouest, en plus de trois ou quatre visites en Europe », indique le musicien.

Il en parle comme de l’enregistrement le plus satisfaisant au plan artistique, tout en reconnaissant que le processus créatif établi par les frangins n’a pas toujours été respecté. « Nous avions défini une méthode et nous avons tout fait pour la saboter. Or, c’est ce qui donne du focus à un projet. Ça évite de s’éparpiller comme nous l’avons fait pendant la création des deux premiers disques », explique Brad Barr.

Puisque la tournée tire à sa fin, lui et Andrew ont commencé à plancher sur quelques compositions, à feu doux. Un récent voyage au Mexique, pendant lequel il a bidouillé sur un requinto, version réduite de la guitare acoustique, lui a permis d’explorer des sonorités différentes. Comme il y a juste quatre cordes, ça impose des limites qui, évidemment, le stimulent. « Je suis aussi inspiré par le mode de vie au Mexique, où j’ai séjourné en plusieurs occasions. C’est là, d’ailleurs, que sont nées quelques pièces de Queens of the Breakers, dont Look Before It Changes et Song That I Heard. Quant à la chanson qui a donné son titre à cet enregistrement, elle a vu le jour sur une plage de Tulum », rapporte le musicien.

Il souhaite sortir un quatrième opus en 2020, ce qui lui donne du temps pour travailler. Un temps précieux, eu égard à sa manière d’être. « J’ai entendu les histoires à propos de Leonard Cohen, le fait qu’il se levait à 5 h du matin pour écrire. Moi, c’est différent. Si le texte et la musique ne viennent pas ensemble, ne serait-ce qu’une ligne, un mot, je perds de l’intérêt », énonce Brad Barr.