La marionnette portée par Yacouba Magassouba frappe dans les mains de jeunes membres du public.

FIAMS: un spectacle Malien porteur d'espoir

C’est avec un spectacle malien intitulé Amitié que le Festival international des arts de la marionnette à Saguenay (FIAMS) a lancé ses festivités extérieures, mardi, sur le coup de midi dans le parc situé à côté de la bibliothèque de Jonquière. Deux marionnettes géantes, portées comme des sacs à dos par les artistes, sont venues donner un message d’espoir et de coopération entre les peuples.

Pendant la quinzaine de minutes de cette prestation, deux personnages, un homme noir et une femme blanche, livrent une performance physique intense. Ces marionnettes, qui représentent les différentes ethnies maliennes, dansent au son d’une trame sonore enregistrée dans quatre des langues que l’on retrouve dans ce pays africain.

La piste audio comprend des perles de sagesse du continent noir. «Quand la pauvreté entre par la porte, l’amour se sauve par la fenêtre», entend-on en français sur la musique qui joue en boucle pendant Amitié.

Le Malien Yacouba Magassouba et la Québécoise Émilie Racine, les deux membres de la compagnie Nama qui se sont rencontrés pendant les Jeux de la francophonie en 2017, désiraient créer une métaphore des relations humaines.

L’amitié se tisse entre les deux personnages, alors que le spectacle progresse.

Le principe derrière la pièce est simple et efficace. Plus le temps passe, plus l’homme et la femme qui dansent devant nous au son des percussions synchronisent leurs mouvements. Ils interagissent davantage l’un avec l’autre, mais aussi avec la foule.

«Chez nous, au Mali, il y a plusieurs ethnies. On a créé ce spectacle-là pour que les gens se donnent la main, qu’ils arrêtent la haine et qu’ils avancent», explique M. Magassouba, à propos de l’idée derrière le spectacle.

«Quand tu es dans une soirée, quand la musique est bonne, tu te mets à danser avec une personne même si tu ne la connais pas. L’amitié se tisse», ajoute-t-il, pour préciser que la communication peut parfois être simple, et que la frontière de la langue n’est pas infranchissable.

Le personnage masculin est manipulé par Émilie Racine, alors que le personnage féminin est porté par Yacouba Magassouba. «On ne voulait pas rentrer dans les genres. Si Yacouba joue la femme et je joue l’homme, il y a une complémentarité intéressante», raconte Mme Racine, pendant que des spectateurs viennent lui témoigner leur appréciation.

Le spectacle Amitié sera présenté lors de chaque ouverture du site extérieur du FIAMS. La prochaine représentation aura jeudi à 11h45, à la Place du citoyen dans l’arrondissement de Chicoutimi.

Mardi, quelques centaines de personnes s’étaient déplacées pour cet événement gratuit.