Le FFASM au Saguenay se tiendra à la salle Marguerite-Tellier de la Bibliothèque de Chicoutimi, du 15 au 17 novembre.

FFASM: au-delà de l’industrie bollywoodienne

Pour une troisième année, Saguenay accueillera du 15 au 17 novembre le Festival des films de l’Asie du Sud de Montréal (FFASM), un événement organisé par le Centre Kabir pour les Arts & la Culture qui vise à promouvoir le travail des cinéastes d’origine sud-asiatique et à mettre en lumière certains thèmes pertinents à l’Asie du Sud.

Le festival mettra en vedette de nombreux films et courts-métrages réalisés en diverses langues, tous présentés avec des sous-titres en français.

Le FFASM au Saguenay se tiendra à la salle Marguerite-Tellier de la Bibliothèque de Chicoutimi, du 15 au 17 novembre.

Jayanta Guha, coordonnateur de l’édition saguenéenne du FFASM, est enchanté de l’offre du Centre Kabir, qui parraine l’événement. « Le Centre Kabir nous permet d’avoir un minifestival. C’est un cadeau, puisque ce sont des films qu’on ne peut pas voir nulle part. C’est une ouverture sur le monde. » Pour cette troisième édition, le comité organisateur s’attend à une augmentation d’achalandage à l’image de la deuxième année.

Le FFASM au Saguenay se tiendra à la salle Marguerite-Tellier de la Bibliothèque de Chicoutimi, du 15 au 17 novembre.
Le FFASM au Saguenay se tiendra à la salle Marguerite-Tellier de la Bibliothèque de Chicoutimi, du 15 au 17 novembre.

M. Guha croit qu’avec ses deux ciné-clubs, Saguenay est un endroit propice à une telle ouverture, puisqu’il y a beaucoup de cinéphiles. C’est d’ailleurs dans cette optique qu’il a sélectionné les films qui seront présentés lors du FFASM au Sauguenay. « On parle beaucoup des réalisateurs des Oscars, mais pas beaucoup d’ailleurs. J’ai choisi des films de réalisateurs moins connus en Occident. » Il ajoute vouloir « faire changement du Bollywood », cette industrie du cinéma indien principalement localisée à Mumbai (Bombay), en Inde. « Les films ont été sélectionnés sur leur façon cinématographique de traiter des problèmes sociaux. On regarde toute la question [du contenu et de la forme]. Il y a des messages. La programmation du samedi risque d’intéresser les musiciens, par exemple, puisque le court-métrage parle des instruments qui sont importants pour la culture et de la montée de l’intégrisme. C’est fait de façon magnifique. »

Le FFASM au Saguenay se tiendra à la salle Marguerite-Tellier de la Bibliothèque de Chicoutimi, du 15 au 17 novembre.

Maintenant à la retraite, celui qui était professeur émérite de géologie à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) voit plusieurs liens entre son penchant pour l’univers de la culture et sa carrière de géologue. « Quand on est géologue, on est toujours dans la nature. On voit les choses différemment. Ça m’a donné cette occasion de voir et d’observer. Étant scientifique, mon côté artistique m’a permis de garder l’équilibre. L’art me donne la chance d’interagir avec d’autres horizons. C’est important pour moi. » M. Guha espère que le public qui participera au festival verra au-delà du courant populaire de l’industrie bollywoodienne. « Il faut oublier tout ce qu’on connaît du film commercial indien et venir voir comment les cinéastes font quelque chose de remarquable. »

Le FFASM au Saguenay se tiendra à la salle Marguerite-Tellier de la Bibliothèque de Chicoutimi, du 15 au 17 novembre. La programmation officielle est disponible sur le site internet du festival : www.saffm.centrekabir.com

Le FFASM au Saguenay se tiendra à la salle Marguerite-Tellier de la Bibliothèque de Chicoutimi, du 15 au 17 novembre.