Gabriella sera en spectacle à l'Hôtel Chicoutimi le 6 avril dans le cadre du Festival jazz et blues de Saguenay. Le lendemain, elle sera à la Boîte à bleuets d'Alma, puis à la Salle Desjardins-Maria-Chapdelaine de Dolbeau-Mistassini le 8 avril.

Festival jazz et blues: du beau et bon monde

En quelques mois, le monde de Gabriella a complètement changé. Il y a un peu plus d'un an, la jeune auteure-compositrice-interprète originaire de Saint-Basile-le-Grand qui venait de sortir un album et tentait de gagner des fans, un à un, s'est retrouvée à The Voice, en France, où ses performances ont été vues par des millions de personnes. Depuis, elle voyage entre les deux continents où sa musique fait de plus en plus d'adeptes. Cette semaine, c'est à Saguenay dans le cadre du Festival jazz et blues, puis à Alma et Dolbeau-Mistassini qu'elle se produira pour une première fois, afin de faire découvrir les pièces qu'elle a composées avant même d'être découverte à la télévision.
De The Voice au Saguenay-Lac-Saint-Jean
En quelques mois, le monde de Gabriella a complètement changé. Il y a un peu plus d'un an, la jeune auteure-compositrice-interprète originaire de Saint-Basile-le-Grand qui venait de sortir un album et tentait de gagner des fans, un à un, s'est retrouvée à The Voice, en France, où ses performances ont été vues par des millions de personnes. Depuis, elle voyage entre les deux continents où sa musique fait de plus en plus d'adeptes. Cette semaine, c'est à Saguenay dans le cadre du Festival jazz et blues, puis à Alma et Dolbeau-Mistassini qu'elle se produira pour une première fois, afin de faire découvrir les pièces qu'elle a composées avant même d'être découverte à la télévision.
Jointe au téléphone alors qu'elle venait tout juste de poser le pied à Paris pour un séjour d'une semaine, la jeune femme de 23 ans raconte son histoire avec un sourire dans la voix.
«Depuis l'âge de six ans que je joue du violon et que je veux être sur une scène. Je suis de ceux qui croient que quand on pense tout le temps à quelque chose, l'univers finit par nous l'amener», affirme-t-elle.  
Celle qui a étudié en musique au Cégep Marie-Victorin rêvait d'un album. En septembre 2015, elle a lancé The Story Of Oak & Leafless. «Six mois avant, j'ai fait un concert à Paris dans un bar et j'ai été approchée par un chercheur de talent qui m'a proposé de faire The Voice», raconte-t-elle.
En janvier 2016, elle s'est retrouvée sur la scène de The Voice avec son violon, interprétant la chanson The Scientist de Coldplay. Son audition à l'aveugle a été vue par 8 millions de téléspectateurs, puis a cumulé plus de 40 millions de visionnements sur le Web.  
«Je ne m'attendais pas du tout à ce que ça prenne cette ampleur. L'audition à l'aveugle est aussi devenue virale au Mexique, au Brésil et aux Philippines. La musique, tu ne sais jamais où ça va te mener.»
Pour l'artiste, tout a changé. «Même si tu as un album qui te plaît et que tu as envie de faire découvrir, si tu n'as pas l'attention médiatique, c'est bien difficile de promouvoir tes trucs. The Voice a tout changé», estime celle qui, au cours de la dernière année, a effectué 15 passages en France, des séjours d'une durée de 48 heures à trois semaines. «Je ne m'ennuie pas d'une place ou de l'autre, c'est le meilleur des deux mondes et je dors tellement bien dans l'avion, ça m'aide beaucoup.»
Jusqu'à maintenant, son spectacle, issu de son premier album dont les chansons ont été composées entre 18 et 20 ans, a été présenté à une cinquantaine de reprises, autant au Québec qu'en France.
Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, où ce sera son premier passage, elle sera accompagnée de quatre musiciens sur scène. «On est les quatre meilleurs amis», souligne celle qui est notamment entourée de Christian Sbrocca, celui qui a réalisé son premier album, en plus d'en coécrire plusieurs pièces.
Pendant le concert, elle jongle entre le violon, le piano et la guitare. «Le concert est assez acoustique. J'aime faire un concert qui va en crescendo. J'arrive seule avec ma guitare et un à un les musiciens se greffent. J'aime aussi aller dans la salle avec nos instruments acoustiques. C'est la magie d'avoir une salle intime. On fait pleurer les gens, mais on les fait aussi danser.»
L'été prochain, elle compte se consacrer à la composition d'un second album. En attendant, en plus des spectacles, elle joue le rôle de juge à l'émission Virtuose animée par Gregory Charles. Comme quoi la vie lui réserve encore de belles surprises.
Les grandes ambitions du Gros Groupe
Le Gros Groupe, enrichi par la présence du saxophoniste saguenéen Yannick Rieu, se produira au Côté-Cour de Jonquière le 8 avril, dans le cadre du Festival jazz et blues de Saguenay.
(Daniel Côté) - À l'aube de ses dix ans, le Gros Groupe s'autorise une belle folie, par l'entremise du Festival jazz et blues de Saguenay. Le 8 avril à 20h30, ses 12 membres donneront un spectacle au Côté-Cour de Jonquière, alors qu'ils seront épaulés par le saxophoniste Yannick Rieu. Il s'agira de leur première collaboration et elle se présente sous un jour si favorable que cet événement pourrait constituer un point de départ, plutôt qu'une ligne d'arrivée.
«J'espère que ça va ouvrir les yeux des diffuseurs de l'extérieur de la région, grâce à la participation de Yannick Rieu. Nous pourrions envisager une tournée des festivals de jazz canadiens dans le cadre de notre dixième anniversaire. Notre musique est très intéressante et l'équipe est bien soudée», a fait valoir Guillaume Tremblay, titulaire du saxophone alto et directeur artistique du Centre d'expérimentation musicale, lors d'une entrevue accordée au Progrès-Dimanche.
Le programme livré au Côté-Cour témoignera de l'éclectisme de la formation. S'ajoutant à quelques pièces de leur camarade, des compositions provenant du premier - et unique - album du Gros Groupe seront parées de nouvelles couleurs. «La présence d'un invité aussi talentueux va se faire sentir au niveau des solos, de l'énergie. En plus, l'ambiance est si particulière au Côté-Cour», mentionne Guillaume Tremblay.
Lui et Pascal Beaulieu, qui jouera de la guitare tout en gérant les échantillonnages, ont aussi créé des pièces que les amateurs de jazz auront la chance de découvrir, en attendant qu'elles soient endisquées. «Les miennes ont un côté hybride, proche des musiques de films, alors que celles de Pascal laissent parfois filtrer des accents metal, quand elles ne sonnent pas comme du gros rock», décrit le saxophoniste.
Agile sur ses pieds, malgré ses effectifs imposants, le Gros Groupe se promènera aussi sur les terres du jazz-funk, du groove et du swing. «Parfois, nous sommes dans l'avant-garde et parfois, nos pièces sont ancrées dans la tradition jazz. On n'a pas le temps de s'ennuyer lorsqu'on assiste à l'un de nos concerts», assure Guillaume Tremblay.
Fait à signaler, le spectacle du 8 avril sera filmé et dûment enregistré à l'initiative du Centre d'expérimentation musicale. Cela correspond au désir de ses dirigeants de diffuser de la musique originale par l'entremise d'Internet. Dans la même foulée, des événements sont tenus régulièrement au LAB, un espace inauguré récemment. On peut y donner des spectacles privés devant aussi peu qu'une quinzaine de personnes, dans le but de les présenter ultérieurement sur la Toile.
«Nous sommes plus actifs que jamais», confirme Guillaume Tremblay, qui invoque d'autres projets comme le lancement de l'album du groupe Stellaire, le 27 mai, de même que les concerts du LAB qui, de plus en plus, coïncideront avec les vernissages du centre d'artistes Le Lobe. Rappelons que les deux se trouvent sous le même toit, aux Ateliers TouTTout de Chicoutimi.
Sonia Johnson sur les pas d'Ella Fitzgerald
Stephan Johnston et Sonia Johnson présenteront pour la première fois leur hommage à Joe Pass et Ella Fitzerald, les 7 et 8 avril, dans le cadre du Festival jazz et blues de Saguenay.
(Daniel Côté) - Deux anniversaires seront soulignés le 7 avril, au restaurant Le Merlin de Chicoutimi. La chanteuse Sonia Johnson, qu'accompagnera le guitariste Stephan Johnston, célébrera le sien, de même que le centenaire de la grande Ella Fitzgerald. C'est à elle, en effet, que sera consacré le spectacle du duo, dont la première aura lieu dans le cadre du Festival jazz et blues de Saguenay.
Le répertoire abordé à cette occasion, de même que le 8 avril (dans les deux cas, c'est à 19h30), recoupera les quatre albums enregistrés par l'Américaine dans les années 1970, avec la complicité de Joe Pass. Le menu sera formé de ballades agrémentées d'une pincée de bossa-nova, de quelques airs aux accents blues et bien sûr, de jolies improvisations.
«C'est merveilleux puisque le 7 avril, ce sera le soir de mon anniversaire. Comme il s'agira de la première de notre spectacle, nous serons fébriles, ce qui est normal. Par contre, la part qu'occuperont les improvisations va enlever un peu de stress. Je ferai donc comme Ella, qui s'accordait beaucoup de liberté à cet égard», a souligné Sonia Johnson mardi, lors d'une entrevue téléphonique accordée au Progrès-Dimanche.
Elle qui propose des chansons d'Ella Fitzgerald depuis une vingtaine d'années, sur scène, était familière avec 60% du matériel intégré dans la nouvelle production. Parmi les choses qui ressortent à l'écoute de ces classiques, de son point de vue de chanteuse, l'invitée du festival mentionne le talent de raconteuse que possédait son illustre consoeur.
«On voit qu'elle travaillait à partir de ce que le texte pouvait apporter. Ses ballades étaient touchantes, pleines d'intériorité. En même temps, on décelait beaucoup de rythme dans ses phrasés et de la créativité dans l'interprétation des mélodies», s'émerveille Sonia Johnson. Fascinée par son modèle, mais pas intimidée, elle précise que le spectacle ne constituera pas une simple imitation d'Ella.
Ce sera une version personnelle épousant les traits d'un hommage, ce qui correspond au voeu exprimé par l'ambassadeur du festival, Stanley Péan, il y a sept ou huit mois. «Il avait parlé du 100e anniversaire et nous avons embarqué là-dedans, moi et Stephan. Le spectacle a été monté, nous avons eu droit à une vitrine à la Bourse Rideau et les propositions commencent à entrer. On va continuer en 2018, mais ce n'est pas grave. Ella est immortelle», lance la chanteuse en riant.