Hubert Lenoir a donné tout un spectacle, dans la nuit de vendredi à samedi, au Festival de la chanson de Tadoussac.

Festival de la chanson de Tadoussac: fortes assistances, finances en santé

Le Festival de la chanson de Tadoussac poursuit son enracinement à la fin de juin. Amorcé il y a trois éditions, le déplacement des activités entre la Fête nationale et la Fête du Canada continue de générer de fortes assistances, ainsi que des revenus supérieurs aux attentes du comité organisateur. C’est ce que laisse voir le bilan tracé par le directeur général Julien Pinardon, ainsi que Stéphanie Le Goff et Marie-Claude Brosseau, membres du comité de programmation.

Il a été livré dimanche, alors que plusieurs spectacles n’avaient pas encore été présentés. On savait toutefois que certains d’entre eux, dont celui du groupe Mes Aïeux en soirée, avaient suscité une forte demande. Or, les trois jours précédents ont été prodigues en cette matière, qu’on pense aux salles combles de Zachary Richard et Hubert Lenoir, ainsi qu’aux performances remarquables d’Ariane Moffatt, Loco Locass et Philippe Brach aux guichets.

« Nous souhaitons récolter 200 000 $ grâce à la billetterie, une somme qui sera dépassée. Il reste des montants à recevoir de différentes sources, mais nous serons peut-être en mesure de réduire une nouvelle fois notre déficit accumulé, qui atteint 19 000 $. Il a déjà été plus élevé, ce qui arrive dans la vie d’un festival. Compte tenu du fait que le budget annuel totalise 1 million $, le niveau actuel n’est pas préoccupant », a décrit Julien Pinardon au cours d’une rencontre avec les représentants des médias.

Membres du comité organisateur du Festival de la chanson de Tadoussac, Stéphanie Le Goff, Marie-Claude Brosseau et Julien Pinardon ont annoncé que l’édition 2019 avait dépassé les attentes, notamment en ce qui touche les revenus de billetterie. Ils misaient sur une programmation diversifiée, à laquelle s’est ajoutée une météo favorable.

Lui et ses camarades estiment que l’ensemble des spectacles offerts pendant la 36e édition ont trouvé leur public. Ils mentionnent ainsi les foules conséquentes qui ont appuyé les artistes de la relève inscrits aux Chemins d’écriture, le joli buzz provoqué par la formation trad Le Diable à Cinq, de même que les nouveaux venus Bertrand Belin, David Gaudreault, Soucy et Marie Claudel qui, lors de la première de ses deux soirées à l’hôtel Tadoussac, a eu l’infortune de perdre son bassiste, victime d’un ennui de santé.

Puisque la météo s’est révélée favorable, contre toute attente, aucune des activités tenues à l’extérieur n’a été annulée, ce qui n’était pas survenu depuis quelques années. Ainsi a-t-on vu le groupe Raton Lover attirer plusieurs dizaines de personnes devant la scène aménagée sur la plage, vendredi et samedi. Il s’agissait d’une première, un projet que le comité mûrissait depuis l’automne et qui a toutes les chances de se perpétuer. « L’idée d’investir le bas du village a suscité des commentaires positifs. Ça va devenir un incontournable », anticipe Julien Pinardon.

En ce qui touche le contenu, par ailleurs, il a mentionné le retour de Zachary Richard. « Je l’attendais depuis longtemps », a confié le directeur général. De son côté, Marie-Claude Brosseau retient le passage d’Hubert Lenoir, qui a chanté devant 550 fans au sous-sol de l’église. « C’est toujours électrique avec lui. La “vibe” était extraordinaire », commente-t-elle.

Notons aussi que Maude Audet a rempli le grand chapiteau qui l’a accueillie vendredi après-midi, tandis que la Jeannoise Sara Dufour a fait de même samedi soir, à l’Auberge de jeunesse. À ces performances, il convient d’ajouter celles de Maude Audet et du Diable à Cinq pendant le Tour de l’Islet, où ils ont joué devant 400 personnes. Un succès équivalent à celui de Sara Dufour sur le site de l’Anse à la Barque.

Enfin, le comité organisateur a confirmé que la 37e édition du Festival de la chanson de Tadoussac aurait lieu du 25 au 28 juin 2020.