Voici l’une des oeuvres qui seront présentées à compter du 13 février, à l’auberge de jeunesse Aventure Rose des Vents, à Sainte-Rose-du-Nord. Créée par Marcial Grenon, elle a pour titre Tête et souliers.

Exposition à Sainte-Rose-du-Nord: la petite musique de Marcial Grenon

Les images créées par Marcial Grenon s’apparentent à une petite musique, du genre qu’il faut écouter dans le calme afin d’en saisir les nuances. Pas de couleurs voyantes ni de représentations dramatiques dans les œuvres qui ont permis au Roserain d’établir une solide tête de pont en Suisse, pays où il a fait carrière pendant plusieurs années.

Revenu à Sainte-Rose-du-Nord au tournant du millénaire, il y présentera une exposition à compter du 13 février, à l’auberge de jeunesse Aventure Rose des Vents. Intitulée Vue de l’intérieur, elle rassemblera des dessins, des gouaches, ainsi que des œuvres réalisées au pastel sec et au fusain. Il y en aura 13, en tout, ce qui correspond à l’espace mis à sa disposition par les propriétaires de l’établissement.

Cette photographie de Marcial Grenon a été captée il y a trois ans, lors de sa dernière exposition. Elle avait été présentée au Centre national d’exposition de Jonquière.

« Le gîte ouvre une galerie-bar où on m’a offert de montrer quelques pièces. Certaines sont récentes, alors que d’autres, plus anciennes, n’ont jamais sorti de chez moi. Les thèmes qui reviennent le plus fréquemment sont le corps humain, le monde des objets et le mouvement. C’est assez délicat », a décrit l’artiste au cours d’une entrevue accordée au Quotidien.

Il s’agit de sa première exposition depuis celle qui a été montée il y a trois ans, au Centre national d’exposition (CNE) de Jonquière. Cette fois, les formats sont plus modestes, autour de 20 pouces par 26. Ils se moulent bien aux caractéristiques de la salle, où les amateurs d’art pourront les découvrir dès 17 h, le 13 février. « Le vernissage est ouvert à tous », précise Marcial Grenon, toujours heureux d’amener ses créations sur la place publique.

« Je suis resté en retrait après l’exposition du CNE. J’ai souhaité prendre du repos afin de mieux repartir. Je me donne quatre ou cinq ans pour présenter une exposition solo au Musée des beaux-arts de Montréal, dont la collection permanente comprend l’une de ses œuvres. C’est une expérience que j’ai le goût de vivre », confie le Roserain.