Pour la première fois depuis trois ans, Éric Lapointe donnera un spectacle en salle à Chicoutimi. Il se produira le 5 octobre, à l’hôtel La Saguenéene, en collaboration avec les Productions Hakim.

Éric Lapointe s’ennuyait du Saguenay

L’histoire remonte au 15 juin. Éric Lapointe était de passage à L’Anse-Saint-Jean à l’occasion du festival La Grande Ourse. Il s’agissait de la seule visite du rocker au Saguenay–Lac-Saint-Jean, ce que lui-même considérait comme une anomalie. La situation le dérangeait tellement qu’il en a fait part au promoteur Robert Hakim en des termes on ne peut plus clairs.

« Ce jour-là, Éric m’a dit : “Crisse, quand est-ce que je reviens au Saguenay ? ” Il avait le goût, surtout que la dernière fois que je l’ai fait en salle remonte à 2016. Or, il a plein d’amis ici. La région, c’est sa terre natale », a raconté Robert Hakim au cours d’une entrevue accordée au Quotidien.

Pas du genre à laisser échapper ce genre d’opportunité, il a réservé l’hôtel La Saguenéenne de Chicoutimi le 5 octobre. Disponibles à compter du 17 août, à 10 h, les billets seront en vente par le truchement du réseau Réservatech.

Le dernier spectacle d’Éric Lapointe remonte à l’été 2018, au Festival des bières du monde.

Ce spectacle sera le premier d’Éric Lapointe à Saguenay depuis qu’il s’est produit à l’été 2018, sur la Zone portuaire de Chicoutimi, dans le cadre du Festival des bières du monde. Il survient à un moment dans sa carrière où la demande n’a jamais été aussi forte, ce qui coïncide avec sa participation au concours télévisé La Voix. Chacune de ses apparitions fait figure d’événement.

« Ses fans sont prêts à tout pour le voir. À L’Anse-Saint-Jean, cette année, il pleuvait à boire debout, mais le site était plein », fait observer Robert Hakim, responsable de la programmation pour La Grande Ourse. Il ajoute que les sorties à La Saguenéenne ont aussi profité de l’engouement pour le chanteur. La dernière fois, il a attiré 2400 personnes, comparativement à 1500 dans les années précédentes.

« Un vrai rocker comme lui, on ne verra plus ça. Les gens le suivent partout et l’une des raisons pour lesquelles on ne l’a pas eu en salle depuis 2016 tient à La Voix. Les enregistrements ont lieu à l’automne et prennent beaucoup de temps. Et puis, il y a le fait qu’Éric ne peut plus donner trois spectacles de suite. Il n’en fait qu’un par fin de semaine », indique le promoteur.

Un autre facteur qui complique la vie de l’artiste est la fragilité de son outil de travail. Après avoir annulé sa présence à la Fête du Lac des Nations de Sherbrooke à la fin de juillet, puis au festival Osisko en lumière de Rouyn-Noranda, le 8 août, il vient de renoncer au Show de la rentrée d’Acton Vale, où on l’attendait le 16 août. Chaque fois, c’est la voix qui a fait problème.

« Ses difficultés ont commencé lors d’un voyage dans le Sud, où il a contracté une bactérie. Lui, il voudrait chanter tout le temps, mais son gérant tente de calibrer ses apparitions afin de prolonger sa carrière », explique Robert Hakim.