Chaque fois qu’il donne un spectacle sur la Zone portuaire de Chicoutimi, comme ce sera le cas le 2 août, Sylvain Cossette est content. La belle vue sur le Saguenay, jumelée à la proximité du centre-ville, confère au site une atmosphère qui lui plaît. Sa prochaine visite, qui coïncide avec le Festival international des Rythmes du Monde, s’inscrira dans la foulée de La tournée 80s.

En spectacle au FIRM: Sylvain Cossette sur la route des années 1980

Chaque fois qu’il lance un projet, Sylvain Cossette met une sourdine sur ses attentes. Pour La tournée 80s, sa plus récente initiative, il est parti avec l’idée de tenir une vingtaine de représentations. Or, depuis l’automne, le chanteur a présenté ce spectacle 72 fois, un nombre auquel il faut ajouter les 34 dates retenues en vue de la saison 2019-2020, de même que le volet estival comprenant 12 escales.

«C’est énorme. J’ai parti ça en restant humble, mais je sentais que ça allait marcher. Quand t’es nostalgique, tu te souviens surtout des belles affaires. Moi-même, je trouve ça le fun de revenir sur cette époque», a-t-il raconté, il y a quelques jours, à l’occasion d’une entrevue téléphonique accordée au Quotidien. Les années 1980 sont chères à son coeur, en effet. C’est à ce moment que sa carrière a pris son erre d’aller au sein du groupe Paradox.

Les reprises des succès du moment, c’était son pain et son beurre et justement, elles forment le coeur de La tournée 80s, pendant laquelle on entend près de 40 extraits. Le choix initial avait été difficile, puisque l’artiste avait cerné 125 titres méritant d’être reproduits. Très attaché à ceux qui ont survécu, il tient tout de même à dynamiser le spectacle en introduisant des nouveautés, quitte à demeurer sur scène plus longtemps.

«Notre mandat nous commande de faire 90 minutes, mais comme c’est dur d’enlever des choses. On joue pendant 1h 45. Je parle un peu moins que dans la version régulière et je m’arrange pour que ça bouge. C’est pour cette raison, entre autres, que j’ai intégré des pièces comme Easy Lover de Phil Collins et Talking In Your Sleep des Romantics. Je sens que les gens viennent pour faire le party», affirme Sylvain Cossette, qui offre aussi un medley Queen depuis quelques mois.

Sa prochaine visite au Saguenay–Lac-Saint-Jean aura lieu le 2 août, à 21h, sur la Zone portuaire de Chicoutimi. Le lieu est familier et cette fois, il viendra dans le cadre du Festival international des Rythmes du Monde. «C’est un beau site qui se trouve à proximité du centre-ville. Dèjà, quand on vient s’installer l’après-midi, on trouve ça joli. J’ai de super bons souvenirs de cet endroit», confie le chanteur.

Tout ce qu’il faut lui souhaiter, c’est un temps plus clément qu’à Alma, il y a quelques semaines. Invité à participer au volet musical du Festirame, Sylvain Cossette a vécu une soirée d’enfer. «C’était la catastrophe. Il pleuvait. Il y avait des éclairs. Malgré tout, on a joué comme s’il y avait un million de personnes. On l’a fait pour les bénévoles du festival et pour les courageux qui étaient encore là», mentionne-t-il.

Quant à la suite des choses, elle se précisera à la fin de la tournée estivale. Le succès est au rendez-vous, ce qui ne veut pas dire que la tournée s’éternisera. «Je suis en réflexion à ce sujet. J’ai des demandes pour continuer, ce qui pourrait signifier un an de plus. Je dois voir si j’irai dans cette direction, au lieu d’entreprendre un autre projet», fait observer Sylvain Cossette.